Louis Vuitton croisière 2017 à Rio de Janeiro, le défilé événement

par

Nicolas Ghesquière nous embarque dans un cadre idyllique pour nous présenter Louis Vuitton croisière 2017. Une invitation au voyage à accepter sans hésitation

Louis Vuitton s’exile à l'autre bout du monde pour sa collection croisière 2017. Cela semble tomber sous le sens pour la maison du voyage mais la vérité est toute autre. Il s’agit seulement du troisième défilé croisière de la maison de malletiers, comme s’il fut attendre l’arrivée d’un homme providentiel, Ghesquière en l’occurrence. Depuis trois ans maintenant que Louis Vuitton s’exile le temps d’une collection, le directeur artistique - dans les pages de Vogue Brésil avec Selena Gomez ce mois - s’arrange pour transposer son univers créatif sur un cadre adéquat. Cette année, il nous emmène sur les hauteurs de Niterói, Rio de Janeiro en arrière plan et l’Atlantique comme tapis, brillant aux lueurs du soleil. Là, l’audience est surplombée par l’imposant Musée des Arts de Niterói imaginé par Oscar Niemeyer. Non, Ghesquière ne pense pas uniquement aux plages brulantes de Copacabana et sa Samba endiablée à l’évocation de Rio de Janeiro mais plutôt à terre d’exil et art contemporain.

In 1 hour, watch the #LVCruise 2017 Collection by @NicolasGhesquiere walk down the runway live from #RiodeJaneiro on louisvuitton.com

Une vidéo publiée par Louis Vuitton Official (@louisvuitton) le

Deux termes transposés sur la collection croisière fortement influencée par l’ADN Ghesquière. La dynamique est légère, l’allure sportive. Il faut aller vers le confortable et le pratique. Alors on aère, on tranche les pantalons dans toute la longueur, laissant des pans abandonnés danser autour des jambes. L’allure est active et déconstruite avec des tissus virevoltant au rythme du vent siffleur. Les coupes-vent XXL gonflent avec l'air, de même pour les robes-parachute. Toutefois, des blocs de couleurs rigoureusement géométriques agissent comme éléments structurants sur le corps. On les retrouve sous forme de larges bandes sur la poitrine ou alors faisant office de contours. L’énergie vibrante de la ville s'étale sur les vêtements. Les ensembles et robes en néoprène sont zippés jusqu’au cou alors que les courts vestons se déboutonnent à l’infini. L’empreinte architecturale de Ghesquière mêlant coupes futuristes, silhouettes déconstruites sur des couleurs et matières fortes donne lieu à de curieuses silhouettes battant le sol rouge du Musée de Niterói avec charisme.

Louis Vuitton croisière 2017 à Rio de Janeiro, le défilé événement - photo

il se dégage de la collection croisière 2017 un dynamisme cinglant, reflet de la ville soleil où tout va vite. La vitesse est au cœur de la collection et on note même une subtile inspiration course automobile. Le damier Louis Vuitton - parmi les 100 marques les plus puissantes selon Forbes - prend alors une nouvelle signification tandis que les mini robes et vestes en cuir fluides nous font penser à des tenues de garagiste. Aussi, la rondeur si chère à Nicolas Ghesquière apparait ici par le biais des volants ainsi que par celui des découpes présentes sur les robes ajourées de la collection. Louis Vuitton croisière 2017 explore alors tout un éventail d’univers, mélangeant influences, matières, époques quitte à nous semer en cours de route. Le final cependant tient à retourner vers une certaine sobriété à la Louis Vuitton bien entendu.

Crédit : Louis Vuitton