Manger healthy c'est bien, mais l'obsession de la nourriture saine peut aussi devenir maladif

par

Un trouble alimentaire notamment nourri par les médias et les réseaux sociaux. 

Développement durable, alimentation bio, circuit court, production éthique et responsable... depuis quelques années, les préoccupations des consommateurs s'orientent vers un consommer mieux, qu'il s'agisse d'une alimentation de qualité d'un point de vue nutritionnel mais aussi d'une alimentation qui ne participe pas à la pollution planétaire. Si cette intention de bien faire et d'agir proprement est tout à fait louable (et même à encourager), elle peut aussi virer à l'obsession. Et cette maladie du « trop healthy » a un nom : l'orthorexie.

A l'instar de la bigorexie, qui concerne les accros au sport, cette pathologie se trouve à mi-chemin entre la phobie, le trouble alimentaire et l'obsession. Les personnes qui en sont atteintes recherchent une alimentation la plus saine possible - une quête souvent idéalisée et qui les plonge dans une forme de névrose. Même si l'orthorexie a été mentionnée pour la première fois en 1997 par un médecin américain, cela ne fait que 2-3 ans que le terme se popularise (bien que cette maladie n'ait pas été encore reconnue comme trouble alimentaire). Difficile donc de décrire avec précision les symptômes de cette pathologie, même si certains comportements peuvent alerter.

healthy food
L'obsession pour la nourriture healthy peut devenir dangereuse et ça s'appelle l'orthorexie

Etant donné que l'orthorexie concerne les « control freak » de la healthy food, ces personnes passent un temps fou à contrôler la qualité, la provenance ou les méthodes de production des aliments. Elles peuvent prendre des heures à décortiquer les étiquettes par exemple ou à penser à l'élaboration de leurs repas, qu'elles peuvent planifier des jours à l'avance. Ils deviennent alors source d'angoisse. Ici, le plaisir gustatif et les calories ne sont pas la priorité (il ne s'agit pas d'une pathologie comme l'anorexie), mais plutôt les qualités nutritionnelles des plats.

Seulement, ces personnes sont parfois victimes de désinformation. Encouragées par des articles, des proches ou des influenceurs et influenceuses qui vantent les vertus de certains super-aliments (qui sont parfois surcotés) ou - à l'inverse - condamnent certains aliments, celles-ci bannissent volontairement des produits de leur alimentation.

légumes,crudités,healthy food
Quand le manger sain vire à l'obsession

Pâtes blanches, sel, pain, viande, etc., elles éliminent ou évitent au maximum d'ingérer de la nourriture jugée « impure » - et pourtant bonne pour la santé si consommée avec modération (cela va de soi qu'il en est de même pour la vraie junk food) - par peur de se sentir « souillées », comme l'explique des chercheurs, propos relayés sur le site The Conversation. « L'orthorexie peut entraîner la malnutrition ou rendre les rapports sociaux très difficiles au moment des repas. Cela peut aussi être coûteux et prendre beaucoup de temps. Lorsqu'elle est poussée à l'extrême, l'obsession d'une alimentation saine peut être un signe que la personne a du mal à gérer sa santé mentale » explique Jennifer Mills, autrice principale d'une étude publiée fin 2018 par des chercheurs de l'université York.

pomme,maladie
Les personnes souffrant d'orthorexie se sentent vite souillées

Si l'orthorexie concerne principalement les femmes, elle peut toucher tout le monde. Les personnes plus susceptibles d'en souffrir sont celles qui présentent une santé mentale fragile, qui possèdent des troubles obsessionnels compulsifs, qui ont déjà eu des troubles alimentaires, qui ont un besoin important de contrôle ou qui prêtent beaucoup d'importance à leur apparence physique mais aussi au regard d'autrui.

En effet, les médias et réseaux sociaux ont largement influencé ces troubles alimentaires, vantant un physique supposé parfait mais aussi un mode de vie healthy et clean, accentuant le sentiment de culpabilité des personnes qui n'adopteraient pas - ou feraient une entorse - à une consommation éthique et responsable. De quoi nous faire réfléchir avant de bombarder notre Instagram de #healthy.

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Sara Bakhshi, Unsplash @Dan Gold, Instagram @Ella Olsson, Unsplash@Hisu lee