S'inscrire
tracking
Fashion Week de New York

Narciso Rodriguez défilé printemps-été 2014 à la Fashion Week de New York

Publié par
Mélannie Ngalula
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 2 min
No thumbnail

Partisan d’une mode efficace, Narciso Rodriguez printemps-été 2014 crée une collection smart chic. Maitre de la dualité la femme est tantôt forte tantôt délicate et les matières s’entremêlent. Schizophrène la femme Narciso Rodriguez ?

Narciso Rodriguez fait partie de ces rares designers que l’ont prend toujours plaisir à voir malgré une constante entretenue. En effet, le designer reste dans sa ligne de conduite mais y ajoute une touche de renouveau chaque saison pas assez suffisante pour chambouler nos esprit cependant. À l’instar de Phillip Lim, Narciso Rodriguez est partisan d’une mode citadine et abordable. Ainsi pour son défilé printemps-été 2014, Narciso Rodriguez construit une silhouette active reprenant l’esthétique du mouvement propre à sa maison. Pour voir ce mouvement, il fallut toutefois patienter quelques instants. En effet, le défilé Narciso Rodriguez s’est ouvert sur des silhouettes de femme active très sobres et où le noir et blanc faisaient loi. Menant de front le défilé Narciso Rodriguez, Tilda Lindstam est apparue dans un veston bicolore et bi-matière dont le bas se confondait avec le cuir de la jupe. D’emblée, le designer a laissé paraitre une féminité simple supplantée par son charisme. L’allure était à l’image du passage du blanc au noir de la veste, franche et le pas déterminé. Cette première silhouette pleine d’assurance a mené un défilé que l’on pourrait qualifier de smart chic où la dualité était légion. Le style smart chic de Narciso Rodriguez se qualifie par des vêtements épurés et aux rares détails. La collection de mini robes drapées ou encore le mini jupes asymétriques illustrent le propos.

À vrai dire, le designer maitrise l’art du détail et ce qui peut paraitre pure simplicité aux premiers abords relève en fait de la complexité. De ces détails, nait une silhouette architecturale avec des drapés, des pans de tissus et des ornements ajoutés un à un qui forment un tout. Cette notion d’architecture et de graphisme est aussi présente dans les chaussures de saison. Narciso Rodriguez conçoit des sandales et escarpins dont les lanières s’entremêlent dans un jeu de confusion pour un rendu très contemporain au même titre que Prabal Gurung en début de semaine. La bichromie des première silhouettes exposait avec évidence cette dualité avec le noir et le blanc de les rôles de dominant/dominé et inversement. À mesure que les tenues défilaient, cette dualité s’est exprimée autrement que par les couleurs. L’asymétrie présente sur de nombreuses silhouettes était aussi part de la dualité. Les pans de tissus viennent perturber les tops, les robes et les jupes qui auraient étaient trop parfaits et créent d’intéressants mouvements. D’ailleurs, le mouvement est la clé du défilé Narciso Rodriguez comme c’est bien souvent le cas. Ce besoin de dynamisme de Narciso Rodriguez s’exprime à travers l’asymétrie donc mais aussi par la transparence.

En effet, les jupes taillées dans des voilages superposés exposent directement les jambes avec force. Les jambes jouent donc à cache-cache avec les jeux de voilages et se dévoilent entre deux pas. La transparence aussi crée des contrastes en matières lorsque celle-cil s’allie à la soie par exemple. Derrière cette allure de femme forte en charisme et en sensualité, Narciso Rodriguez a laissé entrevoir une autre facette cette femme bien plus délicate. Cette femme chaleureuse aux antipodes celle en début de défilé était davantage dans l’émotion. Le brocart rebrodé s’est alors invité sur des tops et autres jupes aux couleurs bien plus chaleureuses et brillantes. Couplé à de la soie rose, le brocart servait d’élément adoucissant. On remarque aussi un travail autour de l’épaule qui cette saison est dégagée. En effet, les bretelles se font fines voire inexistantes dans un but de mise à nue. Cette mise à nue est encore plus probante à la fin du défilé avec des robes nuisette très fines rebrodées de sequins et une transparence dévoilant les sous vêtements. L’apparition soudaine de cette femme délicate illustre encore une fois, la dualité présente chez Narciso Rodriguez.

Crédit : YouTube/ElleTV
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Gianni Pucci
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Yannis Vlamos
Crédit : Ivan Lattuda
Crédit : Yannis Vlamos
À lire aussi
Prabal Gurung défilé printemps-été 2014 à la Fashion Week de New York
À lire aussi
Milly by Michelle Smith défilé printemps-été 2014 à la Fashion Week de New York
À lire aussi
3.1 Phillip Lim défilé printemps-été 2014 à la Fashion Week de New York
À lire aussi
Diesel Black Gold défilé printemps-été 2014 à la Fashion Week de New York
À lire aussi
Jill Stuart défilé printemps-été 2014 à la Fashion Week de New York
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Narciso Rodriguez défilé printemps-été 2014 à la Fashion Week de New York
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible