Nekfeu "On verra", rencontre sous le signe de la femme avec le rappeur sur le tournage de son clip

par
Nekfeu, interview d'un rappeur sensible

S’il parle toujours autant de "meufs" et de "teufs", le rap actuel s’est récemment incarné dans une proposition autrement plus séduisante. Rencontre avec Nekfeu, un rappeur certainement pas féministe mais peut être un peu féminin, sur le tournage de " On verra ", extrait de son premier album solo

Il a 25 ans, un flow qui en a réconcilié plus d’une avec le rap et surtout un premier album rentré directement dans le top 10 des téléchargements iTunes devant Kendji Girac, c’est dire. Il s’appelle Nekfeu et, mesdemoiselles, il risque fortement de vous séduire si ce n’est pas déjà le cas. Nekfeu a éclos dans le rap game en 2011 entouré de ses crews, le 1995, et l’Entourage, de sacrées bandes de mecs sympa. Il a débarqué avec Alpha Wann « Dans Ta Réssoi », nous a donné envie de chiller à ses côtés au Trocadéro dans « Monsieur Sable » et a résolument fait passer « A la trappe » la sale image que nous pouvions avoir du rap. A l’heure où le lancement de son premier album solo « Feu » était imminent, la rédac’ de meltyFashion a infiltré le tournage du clip de « On verra », dévoilé aujourd’hui. Dans les coulisses de la mise en image du futur tube de l’été, nous rencontrons Nekfeu, qui porte plus d’une casquette sur la tête ce jour là, dont celle de co-réalisateur. Entre deux prises déjantées, une quarantaine de groupies figurantes, mais aussi les regards attentifs d’une équipe presque passée pro, nous lui avons demandé ce qu’il pensait de notre univers.

Nekfeu "On verra", rencontre sous le signe de la femme avec le rappeur sur le tournage de son clip - photo
Nekfeu "On verra", rencontre sous le signe de la femme avec le rappeur sur le tournage de son clip - photo
Nekfeu "On verra", rencontre sous le signe de la femme avec le rappeur sur le tournage de son clip - photo

meltyFashion : La mode, c’est ?

Nekfeu : Passager.

mF : Les femmes dans le rap, c’est ?

N : Passager.

mF : Kim Kardashian, c’est ?

N : Pas intéressant.

mF : Les meufs sur Tinder, c’est ?

N : Facile.

mF : Les potes filles, c’est ?

N : Un équilibre.

mF : Les féministes, c’est ?

N : C’est pas des humanistes.

mF : Si tu étais une femme, tu serais ?

N : Pas féministe.

mF : Une femme que tu admires ?

N : C’est difficile de n’en dire qu’une. Je dirais George Sand, ma mère et c’est bien déjà. Ma mère parce qu’elle a réussi à faire en sorte que je vive jusqu’à l’âge que j’ai aujourd’hui, parce que j’étais un cas particulier, c’était pas mal comme défi. Et George Sand pour son écriture, son humour.

mF : Que ton album plaise aux femmes, ce serait ?

N : Une consécration. Pour plusieurs raisons, déjà parce que je me sens assez proche de la sensibilité artistique des femmes en général, que ce soit dans la musique ou dans l’écriture. Je suis resté longtemps avec une fille et mes gouts musicaux ont aussi évolué avec les siens. Aujourd’hui, tout le monde écoute du rap, mais pas pour les mêmes raisons que moi, je pense. Alors ça me ferait vraiment plaisir que les femmes apprécient mon écriture (les garçons aussi bien évidemment).

Le clip "On verra" de Nekfeu est à découvrir ici.

Crédit : Mitia Bernetel, meltyfashion.fr