New Fashion Generation, l'interview du styliste William Arlotti

par
William Arlotti et sa fameuse combinaison garagiste des années 1950

Entre un défroisseur vapeur et quelques bobines de fil, l'équipe de meltyFashion a retrouvé le styliste William Arlotti, qui s'est confié juste après la finale émouvante de New Fashion Generation

La semaine dernière, nous vous parlions de cette très belle finale du concours New Fashion Generation, qui révélait Lisa et Meydi. Époustouflées par la richesse des tenues représentées par ces vingt graines de mannequins, qui défilaient pour la première fois, nous nous sommes intéressées à l'homme qui fût à leur origine. Son nom ? William Arlotti. Véritable puis de science de la mode, le styliste fondateur de la société HOUSE OFF peut se vanter d'avoir un nombre incalculable de casquettes, du chroniqueur mode à l'enseignant. Connu pour avoir travaillé chez Martine Leherpeur Conseil, Cosmopolitan Cosmetics, Rochas et Gucci entre autres, William Arlotti apprend en effet la mode et ses cycles à l'école de mode parisienne Estah. Aujourd'hui, pour New Fashion Generation, c'est l'habit de styliste qu'il revêt...

New Fashion Generation, l'interview du styliste William Arlotti - photo
New Fashion Generation, l'interview du styliste William Arlotti - photo

Lorsque nous avons rencontré et parlé aux vingt finalistes du casting New Fashion Generation, juste avant le jour J, il nous avait bien semblé comprendre que l'équipe de coaching les entourant était de taille. Aux côtés de l'impressionnant ex mannequin Marie Michaud se tient en effet William Arlotti, styliste hors-pair débordant de pep et d'imagination. Et pour cause. La moitié du mérite concernant le spectacle de jeudi lui revient. Devant nos yeux, en plus de ces jeunes gens bourrés de potentiel, défilaient des tenues plus belles les unes que les autres dans un enchaînement parfait et rythmé. Bien que très sollicité (et un brin hyperractif), Mr. Arlotti nous a fait l'honneur de nous retrouver après la finale en backstage afin de nous parler de l’expérience New Fashion Generation, qui visiblement, l'a empli d'émotion. Fier de son travail et souriant, William Arlotti s'est confié à nous :

meltyFashion : Pouvez-vous résumer votre parcours dans la mode en quelques phrases ?

William : Mon parcours est en dent de scie. J'avais un oncle tailleur et une maman couturière, et j'ai eu un déclic quand j'étais petit à force d'être entouré de tant de parfums, de tissus et de fards. J'ai fait un IUT en techniques de commercialisation, une licence et une maîtrise en communication basée sur le journalisme et l'analyse des médias mais la mode me titillait toujours donc j'ai fait un DESS en mode et création à Lyon ou j'ai appris la psychosociologie de la mode, l'histoire du costume, du vêtement et des tissus. Avant d'être indépendant et de monter ma propre structure, j'ai travaillé pour des maisons comme Rochas, Trusardi, Gucci et BGL.

mF : On vous décrit comme un véritable caméléon de la mode. Pourquoi cette nouvelle casquette de styliste pour NFG ?

William : Ce que j'ai fait pour New Fashion Generation, je le faisais déjà à travers les lookbooks des grandes marques, puisque il s'agit de raconter une histoire, que ce soit à travers un magazine ou un défilé. Ici, l'idée était de travailler main dans la main avec Alexia, la styliste intégrée de l'équipe avec un double enjeu : faire découvrir de jeunes créateurs et révéler de jeunes graines de mannequin.

mF : Comment avez-vous choisi ces jeunes créateurs dont vous parlez ?

William : Nous sommes d'abord allés vers de jeunes créateurs en 3ème année à l'école ESMOD de Roubaix car leur travail est époustouflant. Puis, nous avons choisi Garçon Infidèle, Each Others, et la marque de costumes Dupuy De Lôme. On a voulu, à partir de ces marques, créer 3 tableaux. Le premier était marqué par l'argent, le mat, la brillance. Le deuxième était beaucoup plus rock : on a choisi le cuir en s'inspirant de la manière dont les jeunes de la rue s'habillent aujourd'hui, puis on a terminé par un tableau plus estival, plus solaire et chaleureux, avec de la couleur et des imprimés fruits et un thème blanc, pour symboliser la nouvelle page à écrire par ces jeunes.

mF : Comment avez-vous appréhendé ce stylisme féminin et masculin ? Était-ce le même challenge ?

William : Avant tout, il faut penser à la personnalité mode de chaque mannequin : il ne faut pas oublier que ce sont de très jeunes personnes. À l'adolescence, c'est un effort surhumain de dévoiler son corps devant des inconnus. On a joué sur le côté unique de chaque personnalité, en essayant à travers des pistes de les mettre en valeur en créant une histoire.

mF : En les côtoyant, avez vous eu un ou plusieurs coups de cœur ?

William : Je n'ai pas du tout de préférence, il faut être neutre quand on habille quelqu'un, car on est dans un objectif de valorisation de la personne. Je suis simplement très ému d'avoir fait leur connaissance à tous, d'avoir passé du temps avec eux et d'avoir pu capter leurs émotions. Ils ont été habités par leurs costumes et sont parvenus à devenir un personnage. Je suis sûr que parmi eux, beaucoup se retrouveront à la télé, dans le théâtre ou dans le cinéma. Ils ont tous quelque chose.

mF : Parlons addictions mode. Quelle est votre pièce du moment ?

William : La combinaison ! J'en suis addict et je la collectionne. J'adore la combinaison garagiste des années 50, militaires de parachutistes. Au final la combinaison c'est formidable, on zippe on dézippe, on peut tout mettre dans ses poches.

Crédit : Instagram/WilliamArlotti