S'inscrire
tracking
Bad Buzz

Nicki Minaj censurée pour Anaconda, avoir des formes est-il vulgaire ?

Publié par
Mélannie Ngalula
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 2 min
No thumbnail

Nicki Minaj subit vents et marées de critiques suite à la publication de la pochette d’Anaconda. Au delà de la pose, les formes de Nicki Minaj choquent l’Amérique. Notre société a-t-elle rendu le dénudé vulgaire lorsque l’on ne fait pas du 36 ?

Pour promouvoir la sortie le 4 août de son prochain titre Anaconda, Nicki Minaj n’y va pas de main morte avec une pochette qui scandalise l’Amérique puritaine. Le débat fait rage. L’artiste qui ne s’attendait pas à une telle prise de partie de tous bords riposte face à la critique et poste à la chaîne des photos de mannequins dans des positions similaires à la sienne mais n’ayant pas été victime de la critique. Si chacun ira de son avis pour commenter et apprécier la pochette d’Anaconda Nicki Minaj a touché un point en menant sa révolte via Instagram.

En effet, pourquoi la couverture du dernier Sport Illustrated swimsuit edition 2014 n’a-t-elle pas subit le même sort ? Sur cette couverture, on pouvait y voir le trio de mannequins Lily Aldridge, Chrissy Teigen et Nina Agdal poser de dos uniquement vêtues d’un string pas plus épais que celui de Nicki Minaj. C’est sur ce point là que l’histoire se corse. Selon cette simple observation d’après les images qui nous entourent il conviendrait alors de tirer la conclusion suivante : exposer un corps mince et dénudé serait traité de façon artistique alors qu’un corps voluptueux ou tout en forme également dénudé serait jugé obscène et vecteur de l’hyper-sexualisation de la société. On peut prendre pour exemple Kendall Jenner dont les clichés seins nus pour LOVE Magazine n’ont pas fait grand echos auprès des médias alors que quelques années auparavant Kim Kardashian nue pour W Magazine avait provoqué un raz-de-marée médiatique. Ou encore The Red Room, un edito 100 % nu du dernier Antidote Magazine.

Crédit : Youtube
Crédit : Instagram
Crédit : swimsuit for all
Crédit : Instagram
Crédit : Sports Illustrated
Crédit : W Magazine
Crédit : W Magazine
Crédit : Cuneyt Akeroglu

Et cette observation ne se constate pas uniquement sur les affiches et autres magazines. La mode a aussi ce jugement catégorique sur ce qui est vulgaire et ce qui ne l’est pas en fonction que l’on entre dans un taille 36 ou 44. Ainsi porter un legging lorsque l’on a le physique de Kendall Jenner passera inaperçu alors que le même vêtement porté par une Kim Kardashian ou une Nicki Minaj sera synonyme de vulgaire ou pire la personne en question sera accusée de chercher l’attention. Une règle également applicable au décolleté. La question à se poser est pourquoi ce dédain envers la chair et courbes féminines ? En conclusion, le seul nu toléré est celui où la féminité se fait discrète et non exubérante.

À lire aussi
À 24 ans elle dépense 30 000 $ pour ressembler à Kim Kardashian
À lire aussi
J. Crew crée une taille inférieur au XXS, une incitation à l'extrême minceur ?
À lire aussi
Photoshop, 27 pays retouchent le visage d'une femme selon leurs critères de beauté
À lire aussi
Raj Shetye et son shooting inspiré du viol collectif d'une indienne en 2012 ou quand la mode va trop loin
À lire aussi
SweatShop, le docu réalité de blogueurs en immersion dans des ateliers textiles en Asie
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Nicki Minaj censurée pour Anaconda, avoir des formes est-il vulgaire ?
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible