Portugal Fashion Bloom jour 3, suite et fin avec João Rôla et Pedro Neto

par
Tchernobyl revisité chez Pedro Neto Printemps-été 2015

João Rôla et Pedro Neto sont les deux derniers créateurs du programme Bloom qui nous ont tapés dans l'oeil au Portugal Fashion. Entre trajectoires fortes et traumatismes sublimés, découvrez leurs défilés Printemps-été 2015

Après Rita Giman et Catarina Santos, les derniers talents à accéder aux catwalks de Portugal fashion clôturent le programme jeudi 24 octobre. Au coeur de l'imposant bâtiment des douanes ou "Alfandega" de Porto, centre névralgique de cette fashion week, João Rôla et Pedro Neto présentent successivement leurs collections Printemps-été 2015. Le premier, João Rôla a débuté sa carrière l'an passé. Encore novice, il se concentre donc sur son acte même de création pour cette saison. Cette "méta-collection" prend forme dans une ligne urbaine et pure, dans des tons de noir, grège, kaki ou blanc immaculé. Les coupes sont modernes, le regard glisse sur des tissus légers qui jouent entre brillant en mate. João Rôla s’essaie à l'asymétrie et associe ses coupes longues à des pantacours pour des silhouettes fortes. Des lignes qui s’entrecroisent, seul motif de cette collection printemps-été 2015 matérialise la trajectoire riche que l'on souhaite à ce jeune créateur. Printemps-été 2015 au Portugal Fashion

Portugal Fashion Bloom jour 3, suite et fin avec  João Rôla et Pedro Neto - photo
Portugal Fashion Bloom jour 3, suite et fin avec  João Rôla et Pedro Neto - photo
Portugal Fashion Bloom jour 3, suite et fin avec  João Rôla et Pedro Neto - photo
Portugal Fashion Bloom jour 3, suite et fin avec  João Rôla et Pedro Neto - photo
Portugal Fashion Bloom jour 3, suite et fin avec  João Rôla et Pedro Neto - photo

Alors qu'au premier jour de Portugal Fashion Joao Melo Costa pour Bloom proposait un manifeste organique, Pedro Neto, lui, part aux antipodes. Le très très jeune créateur de 18 ans dessine pour le printemps-été 2014 une femme hantée par le souvenir de Tchernobyl qui lui aurait été implanté artificiellement. Rien que ça. Trop jeune pour avoir connu la catastrophe, le créateur traduit ce désastre moderne dans une ligne élégante, sorte de dressing de la survivante chic. Les radiations n'ont pas atteint la féminité de ses mannequins qui dans un jeu de brillance, d'asymétrie et de superposition se crée une garde robe trendy. Le col boutonné côtoie les tuniques aux fentes larges et le bordeaux vient teinter une palette neutre noir blanc beige. Pedro Neto imagine une femme moderne et puissante dont la garde robe pourrait irradier bientôt hors des frontières du Portugal (fashion).

Crédit : Mitia Bernetel, meltyfashion