Faire des régimes détraque ton corps, tu ne les verras plus de la même manière

par

Une bonne résolution serait de ne plus faire de régimes !

Les régimes, il en existe des dizaines et des dizaines ; des méthodes qui ont fait leurs preuves, d'autres validées par des pros (mais pas moins controversées pour autant) et certaines sorties de derrière les fagots - et parfois totalement dangereuses (coucou le régime ver solitaire). Lorsqu'on souhaite faire un régime, ce ne sont donc pas les méthodes qui manquent et on a toutes plus ou moins commencé un régime au cours de notre vie. En France, on fait partie d'ailleurs des spécialistes en la matière : une étude Ifop de juin 2018 a mis en lumière le fait que 67% des Françaises estiment avoir des kilos en trop... alors qu'elles sont pourtant moins concernées par les excès de poids que les hommes. Pourtant on le sait, les régimes ne sont pas forcément une bonne chose car on se prive, on n'arrive pas à les tenir et on reprend encore plus de poids à la fin. Pire : faire un régime restrictif détraquerait carrément notre corps et on t'explique tout de suite les principaux mécanismes de cette autodestruction...

Les régimes restrictifs impactent le métabolisme
lit,sommeil,reveil

Au repos, lorsque l'on est assises, allongées, en train de dormir, notre organisme dépense de l'énergie - dépense des calories, concrètement - pour pouvoir faire fonctionner nos organes et nos muscles : c'est ce que l'on appelle le métabolisme de base. S'ajoute à la dépense de base celle de l'activité sportive et de la digestion.

Pour que notre petite machinerie interne tourne correctement, il faut donc apporter à notre organisme une certaine quantité de calories par jour pour compenser la dépense énergétique de base et ainsi équilibrer la balance. Lorsqu'on donne à notre corps plus de calories qu'il n'en brûle, on prend du poids : lorsqu'on lui en donne moins qu'il n'en brûle, on en perd.

Le souci, c'est que lorsque l'apport énergétique n'est pas suffisant pour assurer les fonctions de base de l'organisme, le métabolisme ralentit et le corps se met dans une situation de défense. Les organes, muscles etc... se mettent à brûler moins de calories pour économiser de l'énergie : ils ralentissent pour assurer la survie du corps, comme nous l'explique la coach en nutrition Maïa Baudelaire. Dans ce contexte, les moindres nutriments ingérés sont captés (et stockés) par les organes vitaux, et ceux qui le sont moins (les muscles, la peau...) sont laissés pour compte.

Et qui dit métabolisme ralenti dit nécessairement répercussions : la peau est plus sèche, les maux de tête plus fréquents, les cheveux tombent, on peut avoir froid et se sentir fatiguée ; le rythme cardiaque ralentit, le système endocrinien se détraque mais aussi, il est plus difficile de perdre du poids puisque l'organisme brûle moins de calories. Et pour couronner le tout, les personnes qui décident d'arrêter leur régime hypocalorique reprennent tous leurs kilos, si ce n'est plus et ce pour une raison toute simple : leur organisme brûle trop peu de calories alors que l'apport en nourriture et énergie augmente. Ouch !

Les régimes restrictifs induisent des carences
fille,bombers,manger,nourriture

Avec l’incidence sur le métabolisme basal, les régimes restrictifs sont réputés pour induire des carences. On diminue ses portions de nourriture, on occulte totalement certains aliments, on ne diversifie plus assez ses repas... on s'impose une alimentation très stricte en pensant que manger des carottes à l'eau sera la réponse aux kilos en trop et sur la durée, ce (mauvais) choix détraque encore plus l'organisme.

Pour fonctionner correctement, le corps a besoin de nutriments variés : des protéines, des lipides, des glucides, des fibres, des vitamines, des minéraux... qui servent à alimenter les organes et les muscles pour les faire fonctionner correctement. Réduire ses portions, c'est souvent consommer moins de nutriments (lorsque les aliments ne sont pas soigneusement sélectionnés) ; zapper certains aliments, c'est dire bye bye à des apports fondamentaux ; limiter sa liste d'aliments autorisés, c'est réduire la diversité de ses apports.

Au-delà de l'impact sur l'organisme, les régimes peuvent également avoir de lourdes conséquences sur la santé mentale : dépression, manque de confiance en soi et comportement obsessionnel au programme des réjouissances. Toujours envie de prendre une "bonne résolution" et de te mettre au régime pour perdre tes kilos superflus ? On parie qu'avec toutes ces infos en tête, tu repenseras ta manière de procéder : rien de tel qu'une activité sportive plutôt que la privation pour atteindre ses objectifs !

Source : Shoko - Crédit : Guillaume Bolduc via Unsplash, Kinga Cichewicz via Unsplash, rawpixel via Unsplash