S'inscrire
tracking
Robert Pattinson

Pourquoi Robert Pattinson va nous scotcher dans Good Time ?

Publié par
Eva Y.
, le .
Mis à jour le .
No thumbnail

Présenté en compétition officielle cette année à Cannes, Good Time a ébranlé la Croisette. En héros à la dérive, Robert Pattinson crève l'écran et a toutes les raisons de nous y scotcher. Voilà pourquoi

Le Festival de Cannes 2017 a peut-être tiré sa révérence mais il fait encore beaucoup de bruit. Parmi les échos retentis du côté de la Croisette, la performance d'un certain Robert Pattinson, dans le thriller hoquetant des frères Safdie nous a mis en branle. S'agirait-il du rôle de sa vie, du moins de celui qui va définitivement bouleverser sa carrière ? C'est probable, à en croire la critique qui s'est rangée unanimement de cet avis. Naturellement, à la rédac', on est comme des folles à l'idée de découvrir l'ex-star de Twilight dans un registre très loin de celui qui l'a révélé.

Crédit : A 24 Youtube

De la superproduction Twilight aux films indépendants, il n'y a qu'un pas

S'il a été révélé dans la saga vampirique pour ados, l'ex-star de Twilight, tout comme son ancienne partenaire Kristen Stewart, a fui les lumières des plateaux des grosses productions Hollywoodiennes comme son ancien personnage les rayons du soleil. Réfugié à l'ombre des réalisateurs indé, c'est d'abord chez David Cronenberg que Robert Pattinson a prouvé l'étendue de son talent, dans Cosmopolis puis dans Maps to the Stars, aux côtés de Julianne Moore, deux films qui lui auront valu les honneurs de la compétition cannoise. C'est ensuite dans The Rover dirigé par David Michôd, Queen of the Desert de Werner Herzog, dans Life d'Anton Corbijn puis plus récemment dans The Lost City of Z que l'acteur a assis sa reconversion.

Son meilleur rôle ?

C'est en tout cas ce que la critique s'accorde à dire. Dans le rôle d'un looser sans scrupules, Robert Pattinson crève l'écran. Barbe négligé, look destroy, cheveux blonds platines et regard apathique, il est loin du héros ultra sophistiqué de Twilight qui a fait fantasmer les adolescentes. Avec un jeu à la fois minimal et puissant, l'acteur avait d'ailleurs toutes les chances de repartir sous le bras avec le prix de la meilleure interprétation masculine à Cannes, finalement raflé par Joaquin Phoenix pour sa performance dans You Were Never Really Here. Too bad !

La mise en scène des frères Safdie

A la tête de ce film noir teinté de notes absurdes, on retrouve les géniaux Ben et Josh Safdie, cinéastes déjà conviés à la Quinzaine des Réalisateurs en 2008 pour leur premier film, The pleasure of being robbed puis l'année suivante pour Lenny and the kids. Près de dix ans plus tard, c'est à nouveau que le duo de cinéastes foule le tapis rouge avec dans leur besace le très prometteur et salué Good Time qui signe leur quatrième long métrage. Et la critique est unanime : le thriller bouillant a ému, électrisé et exalté la Croisette.

Le pitch

Connie, joué par Robert Pattinson, branque à l'éthique assez douteuse, embarque son frère Nick (Ben Safdie, moitié du duo créatif à la tête du film), atteint de troubles psychiatriques dans un braquage qui tourne mal, à la suite duquel ce dernier se retrouve incarcéré à Rikers Island, prison new-yorkaise connue pour parquer ses détenus dans l'attente de leur jugement dans d'atroces conditions. Connie cherchera alors par tous les moyens de faire évader son frère handicapé, volonté qui le poussera à corrompre, voler, abuser ceux qui se retrouveront sur sa route. Une suite d’événements qui, comme un jeu de domino machiavélique - provoquera catastrophe sur catastrophe.

Un New-York loin des clichés de carte postale

A l'instar d'une Lena Dunham qui filme la jeunesse New-Yorkaise dans sa brutalité la plus juste, le cinéma des frères Safdie n'est pas celui qui flatte les clichés d'un joli New York romantique, opulent et sophistiqué. Loin des images léchées des comédies Hollywodiennes, Good Time nous fait traverser les tréfonds d'une ville chaude, vivante parfois hostile, notamment avec une course-poursuite dans les bas-fonds du Queens. La beauté et l'air angélique de Robert Pattinson auraient pu y détonner, mais non. C'est même tout le contraire.

Si Good Time n'a pas remporté de prix à Cannes, le film des frères Safdie avec Robert Pattinson pour héros gangster s'est largement démarqué sur la Croisette. Pour découvrir ce thriller haletant, il faudra patienter quelques mois car sa sortie française dans les salles obscures est prévue pour octobre prochain. Patience donc !

À lire aussi
Robert Pattinson : Good Time sonne-t-il le retour en grâce de l'acteur ?
À lire aussi
Robert Pattinson & Kristen Stewart, Andrew Garfield & Emma Stone... Ils se sont rencontrés sur un tournage
À lire aussi
Fiançailles, porno, fans... Robert Pattinson fait des révélations inattendues
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Pourquoi Robert Pattinson va nous scotcher dans Good Time ?
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible