Pretty Wasted, la série mode choquante d'Interview Magazine

par
"Pretty Wasted", la série mode polémique

Le magazine américain "Interview" a publié dans son numéro d'octobre une série mode de photos choquantes intitulée "Pretty Wasted" qui n'en finit pas d'enflammer la toile et les magazines

La série mode s'appelle "Pretty Wasted" comprendre par "joliment déchirées". Des femmes (jeunes filles ?) complètement inertes gisent sur un sol sale, dans une pièce sombre et lugubre. Avec des bouteilles à la main, le maquillage coulant et leurs vêtements déchirés. C'est le bad buzz choquant de la semaine par Interview Magazine qui créer la polémique. La série mode remet sur la table un débat qui n'en finit pas : sous prétexte de présenter une oeuvre "artistique", peut-on tout montrer et tout suggérer ? Existent-ils des limites à ne pas franchir ? Si oui, quelles sont ces limites et par qui sont-elles imposées ? Pour beaucoup, c'est à l'art de se plier à la morale, alors que l'art se revendique au contraire au dessus de la morale. Les mêmes interrogations avaient été soulevées lorsque Urban Outfitters avait mis en ligne le sweatshirt ensanglanté qui avait fait polémique. L'interprétation de cette série mode shootée par Fabien Baron "Pretty Wasted" est vaste, même si beaucoup y voient l'apologie de l'alcool mais aussi ... du viol. Selon la professeure en communication Marcia Dawkins, la série mode est "une mise en scène malheureuse qui tente de rendre sexy des femmes ivres ou droguées.(...) Ces photos ne font pas que taire leur voix ou leur conscience, elles leur retirent également le droit de consentir ou non à ce qui pourrait suivre."

C'est justement la sexualité qui se retrouve souvent au coeur de ces nombreux débats : il y a quelques années, le magazine Vogue, bible des fashionistas, était sévèrement jugé suite à une couverture sur laquelle une petite fille était grimée en femme, allongée sur un lit et assez court vêtue. Le regard aguicheur, la petite fille paraissait avoir 20 ans alors qu'elle en avait en réalité dix de moins. Le magazine avait été accusé de vouloir sexualiser les jeunes filles à tout prix, quitte à les rendre vulnérables face à des hommes d'âge plus mure. On peut retrouver, dans cette polémique "Pretty Wasted", la même accusation. En effet, outre les photos qui sont dérangeantes, c'est aussi et surtout le fait de rendre artistique la vulnérabilité des femmes et d'occulter les dangers réels de ce type de situation qui est dénoncé. Tandis que les marques et les artistes, eux, n'y voient souvent qu'un moyen de faire de la pub gratuite, comme avec l'indécent shooting inspiré du viol collectif d'une indienne dans un bus. Interrogée par "Le Figaro Madame", Virginie Sasson, docteure en sciences de l'information, confirme que la série mode "Pretty Wasted" d' Interview Magazine n'est rien d'autre dans le fond "qu'une arme de marketing, une tendance bad buzz qui donne un coup de pub". Et ça marche.

Source : Le Figaro Madame, Stylistic - Crédit : Fabien Baron, Interview Magazine, Interview