Qu'est-ce que la dysmorphie snapchat, la tendance beauté complètement barrée ?

par

On vous en parle sans aucun filtre. 

Selon une étude commandée par les pro de la photo Fujifilm, environ 1 076 selfies sont pris chaque seconde dans le monde. Cela ferait en tout 39,95 milliards par an. Dans un bon nombre de ces clichés, l'option filtre est utilisée. Ces derniers permettent soit de nous rajouter des oreilles de biche, des langues de chien, mais aussi de nous sublimer. Mais la trop grande utilisation de ces filtres est dangereuse pour la santé mentale. Aux Etats-Unis, les chirurgiens s'alarment d'une tendance de plus en plus préoccupante appelée : la dysmorphie de snapchat. En quelques mots, cela caractérise des patientes qui vont voir leur chirurgien plastique avec en main, non plus des photos de stars, mais des selfies d'elles retouchées. Le but : transposé l'effet de la photo digitale "filtrée" à la réalité.

Nez plus fin, yeux plus gros, ciel plus long, bouche plus charnue, voilà qu'elles sont les demandes les plus fréquentes. Ce phénomène qualifié de très "inquiétant et inaccessible" par des chirurgiens du département de dermatologie de l'université de Boston, est surtout développé aux Etats-Unis. "Cette tendance est alarmante dans la mesure où les filtres appliqués aux selfies font apparaître un physique inaccessible et amenuisent la frontière entre la réalité et le fantasme" explique la dermatologue Neelam A Vashi, auteure d'un article sur le sujet dans la revue Journal of the American Medical Association.

Petit rappel, selon notre ami Larousse la dysmorphie caractérise "l'anomalie de la forme d'une partie du corps". La vraie solution serait sûrement de poser un petit peu son téléphone portable et profiter de la vie vraie, pas celle où l'on a une couronne de fleurs virtuelle posée sur la tête, mais celle où l'on a ses petits défauts qu'on assume.

Si vous aussi vous commencez à en avoir ras-le-bol des selfies, suivez le compte très marrant de stefdies, l'instagrameuse qui se prend face contre sol pour militer contre l'abus de photo de face, tête penchée et bouche en cul de poule.

Source : shoko.fr - Crédit : unsplash Amy Humphries