Quand les Kardashian et The Vampire Diaries s'invitent dans le sujet de philo

par
Quand Kim Kardashian s'incruste dans les sujets du bac

Aujourd'hui, 700 000 français planchaient sur leur sujet de philo - celui qui les hante depuis un an. Et comme on est du genre à se torturer, on a tenté de s'y attaquer... avec nos références.

"Vous avez quatre heures". Cette phrase, on l'a toutes entendue et elle nous a vraiment filé des cauchemars. La philo, c'est sympa - quand on a son bac et quand on est certaines que ce n'est pas ce qui nous plombera la moyenne (pensée aux L qui ne dorment plus depuis trois semaines à cause de ce fichu coeff 7, on est avec vous). Ce matin, on attendait toutes que les sujets tombent. Pourquoi ? Parce qu'on aime bien se tester et surtout, parce qu'on se dit "heureusement, HEUREUSEMENT que je n'ai pas eu ça". Mais en fait, ce n'est pas si compliqué... quand on troque Descartes, Spinoza et Kant pour les Kardashian et The Vampire Diaries !

Suffit-il d’observer pour connaître ?

Là comme ça, à chaud, on aurait tendance à dire que oui, il suffit d’observer pour connaître. On a même un exemple simple : il y a votre crush, qui habite en face. Vous bavez devant depuis des mois si bien qu’à force, vous savez quand il sort son chien Rex et vous savez même à quelle heure il a son métro : sinon, pourquoi est-ce qu’il partirait de chez lui en courant à 8h34 ? Parce que vous l’avez observé à la boulangerie du coin, vous savez qu’il préfère les éclairs au café et qu’il mange le quignon du pain en sortant. Et quand votre meilleure pote vous dit que vous le stalkez en beauté, vous répondez en haussant les épaules : " non. J’observe, nuance". Alors effectivement, en se basant là-dessus, on pourrait attester qu’en observant on apprend à connaître.

Mais parce qu’en philo tout n’est pas blanc ou noir (ce n’est pas drôle sinon), il n’y a pas que ça. Prenez les Kardashian. On les observe depuis des années, on les suit dans Keeping Up With The Kardashians et on a même assisté à la demande en mariage de Kanye (on attend encore le carton d’invitation, d’ailleurs). Mais quand on y réfléchit, on ne les connait pas. C’est vrai, on ne voit que ce qu’il veut bien nous montrer, le clan K. C’est pareil pour Kylie : à force de la suivre sur Insta, on sait qu’elle a eu passion démesurée pour les perruques. Mais clairement, on n’en sait pas plus. Parce qu'il ne suffit pas de regarder trois épisodes et de liker dix photos pour tout intégrer.

La raison peut-elle rendre raison de tout ?

Ah là, on a besoin de nos séries ! La seule façon pour la raison de rendre raison de tout (à vos souhaits), c’est en puisant dans la logique et dans la science. On vous a perdues ? Pas de panique : dans Big Bang Theory par exemple, Sheldon serait le premier à vous l’expliquer. Dans Grey’s Anatomy, quand les médecins ne bossent pas la reproduction en salle de garde, ils cherchent un moyen scientifique de soigner les patients. Si Meredith dit que Mrs X est atteinte d'une maladie particulière, elle n'ira pas la soigner avec du Doliprane, elle se rabattra sur le protocole approprié. Parce que c'est la solution la plus raisonnable (et scientifique).

Et quand on prend le problème dans l’autre sens, NON la raison ne peut pas avoir raison de tout ! Parce qu’on a envie de vous étaler notre science, on va vous citer le seul, l’unique, l'inimitable Pascal : "Le coeur a ses raisons que la raison ignore", disait-il. Et pour imager le tout, on a THE série - The Vampire Diaries. Elena est amoureuse de Stefan (du moins, elle le croit) et même si sa raison lui crie de fuir Damon, que nenni ! Elle est attirée par le deuxième frère comme un aimant. Là, sa raison, sa logique ou n’importe quoi d’autre ne peuvent rien y faire. Et pouf, à la fin, elle a son happy end avec Damon. C’est comme Caroline qui est irrémédiablement attirée par Klaus alors que sa raison voudrait qu’elle s’en tienne le plus loin possible.

Peut-on se libérer de sa culture ?

Clairement, notre culture à nous, c’est celle du 2.0. On se réveille le matin et avant même de se lever, on scrolle notre écran en vitesse pour voir ce qu’il s’est passé sur Facebook. On est en retard ? On le tweete pour que nos collègues qui nous suivent le sachent. On se prend un café avant d’aller bosser ? On le poste sur Insta (#ButFirstCoffee). Si on se perd parce qu’on a décidé de marcher un peu, Google Map vole à notre secours. Bref, vous avez compris le principe. En vrai, on aimerait bien s’en libérer. Ed Sheeran l’a bien en s’offrant une détox alors, pourquoi pas nous ? Mais parce qu’on baigne dans le 2.0 depuis des années, parce qu’on s’est construites autour de ça, difficile de vraiment le renier. On peut s’en éloigner, évidemment. Mais pour deux jours - le temps de notre week end champêtre à la campagne. Mais quand on rentre le dimanche soir, ce n’est pas sur Jules qu’on se jette… il faut bien poster les photos prises pendant le séjour, enfin !

Source : shoko, tumblr, cosmo - Crédit : Abaca