Rencontre au cœur du Marché Noir, la fripe métissée du Comptoir Général

par

Carrefour des époques et des continents, le Marché Noir du Comptoir Général est sans doute la fripe la plus métissée de la capitale. A l'occasion de son nouvel arrivage de pièces vintage, nous avons rencontré Amah Ayivi, le chef d'orchestre du perchoir

Le marché noir évoque dans l'imagination collective un lieu de contrebande, peuplé de bandits. Ce marché noir là, est plutôt l'affaire d'une fripouille : Amah Ayivi. L'arbitre des élégances du Comptoir Général, c'est lui. Son métier ? Faire des allers-retours entre Paris et le Togo pour dénicher des perles, dans des tas de vêtements de seconde main. Autant dire une aiguille dans une meule de foin. "Là, on cherchait l'autre chaussure" nous explique-t-il en nous tendant une vidéo montrant une montagne de souliers usagers. Si la pièce manquante de la paire ne sera jamais retrouvée, Amah parvient tout de même à rencontrer des merveilles, plus ou moins rares et précieuses, qu'il propose à la vente dans son Marché Noir, sur la mezzanine du Comptoir Général, que vous avez aussi pu découvrir au We Love Green 2014.

Rencontre au cœur du Marché Noir, la fripe métissée du Comptoir Général - photo

Amah rapatrie des pièces issues de réseaux humanitaires et qui se retrouvent sur les marchés africains. Son créneau à lui, c'est le Togo. Il est né là-bas et connait bien le marché local, qui regorge encore de trésors. Il y passe des heures à trier les fripes, pour n'en ramener que la crème. Plus attaché au processus qu'à l'aspect financier, il revendique fièrement faire travailler des locaux et livrer un prix de vente final très correct. "J'achète entre 0,75 et 1,15€ le kilo pour vendre, tout frais compris, autour de 5,30€ le kilo", l'oiseau sur son perchoir peut se vanter de pratiquer des prix bien en dessous de ses concurrents dans l'univers de la fripe. Mais aussi de proposer des pièces parfois exceptionnelles. "Ça, par exemple, je ne peux pas le brader" dit-il en nous montrant une veste d'escrime du début du siècle.

Rencontre au cœur du Marché Noir, la fripe métissée du Comptoir Général - photo

Son dernier voyage au Togo a été très fructueux. Les vêtements masculins à fort penchant unisexe dominent, car ils sont plus abondant à la source, mais de nombreuses pièces de qualité sont mises en avant et ont de quoi nous séduire. Des chaussures et des sacs en cuir tressé, des robes rétro, des combi-pantalons dont on vous retraçait l'histoire, mais aussi des articles en wax s’accumulent dans les rayons de cette fripe à l'offre personnalisée et triée sur le volet. Car contrairement aux autres enseignes de ce type, le cœur du chineur bat véritablement dans ses trouvailles. Pour embarquer dans un voyage spatial et temporel aux côtés d'Amah, direction le Comptoir Général, 80 quai de Jemmapes à Paris.

Source : frip[i]ouille[/i]