S'inscrire
tracking
Épanouissement personnel

Risque de tumeur du cerveau, ces 2 pilules contraceptives ont été épinglées par l'ANSM

Publié par
Eva Y.
, le .
Temps de lecture : ~ 1 min
Risque de tumeur du cerveau, ces 2 pilules contraceptives ont été épinglées par l'ANSM

Les femmes sous ces traitements sont invitées à consulter leur médecin. 

Voilà deux nouvelles pilules épinglées pour leur dangerosité. Après les scandales autour de Diane 35 ou encore d'Androcure, c'est au tour des pilules contraceptives Lutéran - qui a déjà été retirée du marché au début du mois - et Lutényl, ainsi que leurs génériques d'être pointées du doigt. Selon une étude commandée par l'Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, elles augmenteraient le risque de méningiome, une tumeur au cerveau, la plupart du temps bénigne.

S'ils sont utilisés comme moyen contraceptif, les deux médicaments progestatifs sont également fournis aux patientes souffrant d'endométriose, de règles douloureuses, de douleurs mammaires ou encore de fibromes. Comme l'explique Isabelle Yoldjian, cheffe du pôle gynécologique de l'ANSM à la rédaction de 20 Minutes, « plus on prend le traitement longtemps à dose élevée, plus le risque est important. En clair, une femme qui prend ces traitements plus de 6 mois risque environ 3,3 plus de développer cette maladie qu'une femme qui ne le prend pas. A partir de 5 ans, le risque est multiplié par 12,5 pour le Lutényl et par 7 pour 3,5 ans sous Lutéran ».

@simonevdk
Crédit : Unsplash @simonevdk

Que celles qui sont ou ont été sous l'un de ces deux traitements se rassurent : elles ne vont pas toutes se retrouver avec une tumeur au cerveau dans quelques années. En revanche, l'agence leur conseille fortement de consulter leur médecin afin de vérifier qu'elles ne présentent aucun symptôme neurologique, comme des troubles de vision, du langage, de l'audition ou encore de la mémoire. Il est par ailleurs recommandé aux femmes de plus de 35 ans et à celles qui sont sous ces pilules depuis plus de 5 ans de passer une IRM.

« Nous mettons en place une consultation publique sur l'utilisation actuelle de ces médicaments et sur les attentes des patientes et des professionnels de santé » a annoncé l'ANSM dans un communiqué. Celle-ci sera diffusée le 2 novembre prochain sur YouTube et donnera la parole à plusieurs acteurs concernés à partager leurs expériences et à s'exprimer sur le sujet.

Si tu souhaites y participer, tu dois déposer une candidature en ligne avant le 30 septembre.

À lire aussi
Selon cette étude, les femmes de moins de 26 ans sont plus susceptibles d'être victimes de violences conjugales
À lire aussi
Le délai légal pour l'IVG pourrait bientôt être allongé
À lire aussi
Voilà la meilleure façon de gérer une rupture amoureuse selon ton signe astro
À lire aussi
#MonPireDate, quand le rendez-vous amoureux vire au cauchemar (et qu'il vaut mieux en rire)
À lire aussi
Tout ce qu'il faut savoir sur les bracelets anti-rapprochement mis en place pour les victimes de violences conjugales
À lire aussi
C'est quoi le Corona Cuffing, cette tendance amoureuse post-Covid dont tout le monde parle ?
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Risque de tumeur du cerveau, ces 2 pilules contraceptives ont été épinglées par l'ANSM
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible