#Soldées, la campagne pour un salaire vital aux ouvriers textiles

par

Le collectif Ethique sur l'étiquette, membre français du réseau international Clean Clothes Campaign a lancé la campagne #Soldées pour soutenir les travailleurs de l'industrie textile et leur accorder un salaire vital

Elles sont #Soldées. Non, il ne s'agit pas des jupes et des robes de votre enseigne favorite, mais des travailleuses qui conçoivent ces vêtements. Elles aussi connaissent les prix cassés, ceux de leur salaire, de leurs membres douloureux à travailler sans répit dans les ateliers d'Asie. Après avoir découvert le docu réalité SweatShop de blogueurs en immersion dans des ateliers textiles en Asie, un collectif français lance une grande campagne de soutient aux travailleurs de l'industrie textile. Ce collectif baptisé Ethique sur l'étiquette se penche particulièrement sur la situation des ouvrières cambodgiennes et dénonce le salaire de misère qu'elles perçoivent pour leurs semaines harassantes. Lancée hier à Paris par Ethique sur l'étiquette, la campagne #Soldées dénonce donc les droits bafoués, à commencer par le droit à un salaire vital garanti par l'Organisation Internationale du Travail.

Suite à la journée mondiale pour le travail décent le 7 octobre dernier, Ethique sur l'étiquette s'engage afin "d'enrayer les salaires de misère pratiqués par l’industrie de l’habillement dans les pays de production" et s'appuie sur le témoignage d'une ouvrière syndicaliste de l’usine Chang Sheng produisant pour le groupe Inditex, qui se confie sur les conditions de travail inhumaines. Alors que le salaire vital au Cambodge devrait s'élever à au moins 283$ par mois selon l'Asia Floor Wage Alliance, celui-ci était révisé en 2013 à 100$ par mois. Impossible alors pour ces familles du secteur textile de vivre de manière décente, de se nourrir, d'avoir un toit, un accès aux soins, à l'éducation ni même -comble de l'ironie- de s'habiller. C'est avec une pointe d'humour amer qu'Ethique sur l'étiquette parodie un célèbre slogan et appose sur la photo d'une ouvrière cambodgienne "Quiestlamoinschere.org", un site Internet bientôt en ligne au nom qui résonne comme un électrochoc.

#Soldées, la campagne pour un salaire vital aux ouvriers textiles - photo

Pour trouver l'ouvrière la moins chère, il suffit aujourd'hui de jeter un œil au rapport Salaires sur mesure qui s'est intéressé aux pratiques de 50 multinationales de tous secteurs (grande distribution, habillement, luxe...) et qui met en lumière à travers les résultats d'un questionnaire la position des entreprises sur la question du salaire vital. Alors que H&M avait signé un accord sur la sécurité des usines textiles après le drame au Bangladesh, il apparaît très clairement que le géant suédois fait partie de ces firmes qui peuvent mieux faire et qui restent encore peu convaincantes sur leur action. La campagne #Soldées du collectif Ethique sur l'étiquette souhaite donc sensibiliser aux pratiques inhumaines des entreprises du secteur textile et enfin donner au débat une ampleur internationale. Rendez-vous sur le site d'Ethique sur l'étiquette pour en savoir plus sur ses actions.

Source : DP Ethique sur l'étiquette