Solidays 2015 : Lilly Wood & the Prick & la mode, l'interview exclu

par
Benjamin et Nili de Lilly Wood and the Prick nous parlent mode aux Solidays 2015

Duo folk par essence et mode par goût, Lilly Wood and the Prick était à l'affiche ce week-end aux Solidays. Le temps d'une rencontre, ils nous ont raconté leur passion commune pour la mode et leurs aventures dans cet univers

Solidarité, artistes frais et grosse chaleur, ce week-end Solidays et ses tendances ont volé la vedette à Coachella. Cette dernière édition épargnée par les pluies légendaires de la fin juin a vu fleurir les têtes et les têtes d'affiches. Entre autres, nous avons eu la chance de rencontrer Nili et Benjamin, les membres de Lilly Wood & the Prick. Le duo folk français qui cartonne auprès des marques nous a accordé quelques minutes pour parler mode. Entre coups de chance et véritable amour des vêtements, le couple a multiplié les expériences ces dernières années, de l'Etam live show 2015 à la publicité Cartier. Derrière ces succès, nous rencontrons un duo spontané, qui conçoit la mode comme un vecteur artistique, bien plus utile que futile. Découvrez leurs messages et leurs projets dans notre interview !

lilly wood and the prick, solidays lilly wood and the prick, lilly wood and the prick interview, mode lilly wood and the prick, meltyfashion lilly wood and the prick, lilly wood and the prick
Lilly Wood and the Prick & la mode, le duo se confie !

meltyFashion : Quelle est votre rapport à la mode, en général et sur scène ?

Benjamin : La mode, c'est quelque chose de quotidien. On le vit de manière spontanée, on peut, par exemple, se taper un délire d'un jour et mettre des choses qu'on ne mettrait pas habituellement. On aime bien aller faire quelques défilés, aussi, par exemple. On est vraiment intéressé par ça.

Nili : On sort d'ailleurs une paire de chaussures pour Robert Clergerie à la rentrée, sans cuir parce que je suis vegan.

meltyFashion : Comment est-ce qu'on construit son esthétique quand on est un duo mixte ?

Nili : Je crois qu'on n'essaye pas trop d'élaborer des plans d'image... On aime s'habiller, raconter des histoires, donc ça vient naturellement.

Benjamin : On n'essaye pas d'avoir "la tenue de scène", le déguisement qu'on mettrait tous les jours, pour être à chaque fois pareil. Ça change assez régulièrement.

mF : Nili, on vous a vu sur scène en Panthéone, porter un collier Argument, c'est important pour vous qui étiez jeunes artistes il y a peu se soutenir la jeune création ?

Nili : C'est très important oui, il y a plein de valeurs à revendiquer par l'habillement. Par exemple, depuis que je suis vegan, sur scène, je porte du Stella McCartney. On est pas obligé de parler de valeurs et de sujets chiants aux gens de façon chiante, et la mode c'est une manière cool d'aborder certains sujets.

mF : Aux antipodes, on vous a entendu pour Guerlain, Cartier, comment expliquez vous votre popularité, en tant que groupe folk, auprès des marques de luxe ?

Benjamin : Ce n'est pas nous qui allons les chercher ! Peut être que ces marques là, conçoivent des images à partir de nos musiques, ou qu'elles collent à leur esthétique.

Nili : Après, globalement, on a tendance à avoir beaucoup de chance, et parfois ça ne s'explique pas trop !

mF : L'esthétique festival a envahi la mode, pensez vous que la mode soit aussi bénéfique à la musique que l'inverse ?

Benjamin : Tout est lié. Entre les différents domaines artistiques, il peut y avoir des ponts que ce soit entre vidéo et mode ou même entre musique et mode. Je pense qu'il 'y a pas de frontière à poser. Si certains festivals jouent plus là dessus, font venir des créateurs comme Castelbajac pour faire des performances ou d'autres comme Coachella où les gens viennent pour se la raconter parce que c'est à LA, c'est bien aussi. Après il n'y a pas de règles, d'autres festivals ne sont pas du tout comme ça ...

Nili : C'est aussi à propos de l'image que tu donnes, plus que de la mode. Si l'image d'un groupe te donne envie de l'écouter, c'est tant mieux. On a la chance que les gens nous regardent et nous écoutent, alors pourquoi ne pas faire un effort pour s'habiller ?

mF : Qu'est-ce que c'est le look parfait de festival cet été ?

Nili : Il faut surtout être bien. Moi je ne met plus jamais de talons, c'est pas grave de ne pas faire 1,80m. Si tu n'es pas bien avec ton chapeau, ne le met pas. De mon côté, je suis en mode kimono en ce moment !

Benjamin : Et moi tout en noir.

mF : Que représente la participation de Lilly Wood and the Prick au festival Solidays ?

Benjamin : Tout comme la mode et la musique dont on parlait plus tôt, c'est toujours bien que la musique puisse créer du lien, sensibiliser. Faire venir des personnes qui, pendant le festival, vont venir regarder un stand de prévention, c'est une opportunité particulière.

Nili : Que les gens puissent ne serait-ce que penser au virus du sida et aux malades, rien que parce qu'ils croisent trois affiches, c'est déjà cool !

Crédit : meltyfashion.fr, meltyProd