Tu ne le savais sans doute pas, mais ces ingrédients d'origine animale sont dans tes produits de beauté

par

Méfie-toi des cosmétiques estampillés "naturels"

"Cosmétiques 100% naturels", "ingrédients issus de l'agriculture biologique"... De plus en plus, l'univers de la beauté se responsabilise pour répondre aux attentes des consommatrices, désireuses d'abandonner les substances synthétiques voire controversées au profit de formulations meilleures pour leur peau et leur santé. Oui mais voilà, la cosmétique naturelle peut parfois cacher des choses auxquelles on ne s'attend pas : des ingrédients d'origine animale utilisés depuis toujours dans les produits de beauté pour leur donner la consistance voulue, le pouvoir d'hydratation qu'il faut ou même l'odeur qui fait la différence. Cosmétique naturelle, certes, mais certainement pas vegan ni cruelty-free !

Si la composition des produits de beauté t'intéresse et que la cause animale est chère à ton cœur, on a dressé pour toi la liste non-exhaustive des substances les plus incongrues qui se glissent parfois dans les crèmes, fards et parfums, pour que tu consommes en toute connaissance de cause.

poisson,aquarium,requin
Du sang de cochenille

La couleur rouge de ton produit de beauté ? Il y a de grandes chances pour qu'elle soit due aux cochenilles, ces minuscules insectes qui, lorsqu'ils sont écrasés, dévoilent une substance rouge carmin (qui n'est en réalité pas du sang mais un acide produit par l'insecte pour se défendre). C'est d'ailleurs une de leurs appellations au dos des produits cosmétiques, avec le code E120.

Des écailles de poisson

Les écailles de poisson ont plusieurs usages en cosmétique et outre l'extraction de la guanine, elles permettent de créer les nacres des produits de maquillage. A l"heure où les paillettes synthétiques sont décriées, les écailles de poisson pourraient bien retrouver une nouvelle popularité pour les remplacer de façon "naturelle" !

De la bave d'escargot

La bave d'escargot est un ingrédient bien connu des beauty addicts : elle aurait comme particularité de cicatriser les tissus. Elle est, au même titre que le lait d'ânesse ou les produits de la ruche, un ingrédient cosmétique vendeur que les marques mettent volontairement en avant.

Du sébum de mouton

On le connaît sous le nom de lanoline mais c'est ni plus ni moins qu'une cire extraite de la laine des moutons ; une sorte de sébum recueilli dans la fourrure et à qui l'on prête des vertus hydratantes et émollientes incroyables.

De la sécrétion de rongeur

Castor, civette, loutre ou rat musqué sont très prisés pour la sécrétion d'une de leurs glandes proche des parties génitales : elle possède une odeur musquée très utilisée en parfumerie. C'est d'ailleurs ce que le musc sous-entend, même si l'odeur peut aujourd'hui être recréée de façon synthétique.

De la peau de porc

La peau, les tendons, ligaments et os des porcs et bovins sont bouillis pour recueillir leurs protéines, et utilisés pour créer la gélatine. Le gel pour cheveux mais aussi les masques visage peuvent en contenir mais il est aussi possible de recréer la consistance avec des ingrédients végétaux.

De l'huile de requin

Du foie des requins et cachalots est extraite une huile bien connue en cosmétiques : l'huile de squalène - ou l'un de ses dérivés appelé squalane. Elle est utilisée notamment dans les produits lubrifiants, mais on l'utilise aussi en huile pure pour hydrater le corps et le visage. Heureusement, le squalane peut également être extrait des végétaux, notamment de l'huile d'olive.

Des déjections d'insectes

La cochenille n'intéresse pas l'industrie cosmétique uniquement pour sa couleur carmin ! L'insecte est utilisé, avec d'autres, pour la résine sécrétée dans ses déjections, qui sert notamment dans la composition des vernis à ongles ou des laques pour cheveux. C'est généralement sous son nom scientifique résine de shellac ou gomme-laque qu'on la repère dans la liste des ingrédients.

De la cervelle de dauphin

Ce n'est pas réellement la cervelle des animaux marins (dauphins, cachalots) qui est utilisée mais une substance blanche appelée spermaceti et présente dans leur crâne, servant notamment à rééquilibrer les formulations cosmétiques et à conserver l'hydratation de la peau. Le palmitate de cétyle peut aussi être d'origine végétale, ce qui est davantage le cas aujourd'hui.

Du vomi de baleine

Aussi appelée ambre gris (c'est plus chic), cette régurgitation de cachalot est réputée en parfumerie pour donner cette odeur ambrée si particulière. On sait aujourd'hui la reproduire de façon synthétique, à la bonne heure.

Toutes ces substances animales ne sont évidemment pas toujours utilisées pour formuler les produits de beauté : elles sont désormais peu à peu remplacées par des produits de synthèse ou extraites de plantes - on ne les trouve donc que rarement dans les cosmétiques d'aujourd'hui. Il reste néanmoins utile de les connaître et de les identifier, car d'autres secteurs comme celui de l'agroalimentaire peuvent également y recourir. On dit même que les secrétions de coccinelles sont utilisées pour colorer certains bonbons, et que les chocolats qui ne fondent pas dans les mains sont enveloppés d'acide carminique...

Source : Shoko - Crédit : Ian Schneider via Unsplash, Sam Carter via Unsplash