Tampons, serviettes, nos protections hygiéniques sont toujours remplies de substances chimiques

par

La polémique autour de la dangerosité des protections hygiéniques n'est toujours pas une affaire réglée. 

Quand on y réfléchit on se dit que 3 ans c'est long et que les choses ont le temps de changer durant ce laps de temps. Pourtant, 3 ans après les premières alertes concernant la fabrication des tampons et serviettes hygiéniques les choses n'ont pas vraiment changé.

Une récente étude menée par l'association 60 millions de consommateurs vient de dévoiler que des traces de substances chimiques avaient encore été retrouvées dans différents produits hygiéniques des plus grandes marques. Du glyphosate et des herbicides classés cancérogènes probables sont présents dans des produits des marques Nana, JHO, Tampax et Natracare.

Mais ne vous réjouissez pas trop vite si vous ne prenez pas ces marques. Les serviettes Vania, Always, Siempre et Saforelle ont été aussi testées. A l'intérieur, des traces de DEHP, un phtalate classé reprotoxique par l'agence européenne des substances chimiques, ont été prélevées. Le constat est simple : les industriels n'ont pas pris en compte les différentes recommandations et n'ont pas pris le soin de changer leur mode de fabrication. Sans mauvais jeu de mot, on pourrait dire qu'ils se tamponnent complètement de notre santé.

En 2017, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail avait déclaré que "la présence de ces résidus ne présente pas de risque pour la santé". Ce n'est quand même pas hyper rassurant de savoir que l'on met des parties intimes de son corps au contact de désherbants nocifs ! L'organisme avait tout de même conseillé aux fabricants "d'améliorer la qualité de ces produits afin d'éliminer ou de réduire au maximum la présence des substances chimiques". En plus de n'avoir rien fait, ces derniers se dédouanent lâchement : "les pesticides et autres résidus ne sont pas ajoutés intentionnellement". Il serait tout de même intéressant qu'ils soient au courant de quoi sont composés leurs produits. 

Qui dit bio ne dit pas forcément bon, les produits JHO et Natracare étant eux aussi contaminés. Les meilleures élèves sont les marques Love and Green et les tampons en coton biologique Organyc.

Déjà que ça coûte un bras, que ce n'est pas top pour la planète, si en plus de tout c'est mauvais pour nous, ça ne va pas du tout. La meilleure des solutions donc : la maîtrise du flux instinctif. Cela consiste à contrôler son flux par la pensée. Si vous avez du mal à maîtriser aussi bien votre corps vous pouvez toujours opter pour la cup

Source : shoko.fr, www.60millions-mag.com - Crédit : unsplash Avatar of user Josefin Josefin @josefin Josefin