J'ai essayé un dispositif lumineux pour vaincre les insomnies, verdict

par

C'est la méthode moderne qui remplace les moutons

Dans la vie, il y a deux types de personnes (oui, c'est tout, notre existence se résume à ça) : celles qui peuvent s'endormir n'importe où en 2 secondes chrono, qui tapent 6h de sommeil en avion et pioncent chez les autres comme si elles étaient dans leur propre lit (seriously ?), et puis les autres : celles qui tournent 107 ans dans leur lit, ruminent tout un tas de trucs dans leur petite tête et galèrent à trouver le sommeil. Clairement, je fais partie de la deuxième catégorie et, si je n'ai que très rarement des épisodes d'insomnies, j'ai toujours du mal à m'endormir, même quand je me sens vraiment fatiguée.

Quand j'ai vu qu'une jeune marque française avait conçu un dispositif permettant de s'endormir plus vite, sans avoir à prendre de mélatonine, de moon milk ou à fumer une substance qui détend, j'ai donc sauté sur l'occasion pour l'essayer ! Baptisé Dodow, l'appareil se présente sous la forme d'un petit disque blanc qui projette de la lumière au plafond durant 8 minutes et, en fixant son attention dessus tout en synchronisant sa respiration avec les halos, permet de s'endormir 2,5 fois plus vite que d'habitude. Derrière la technologie se cachent des explications bien évidemment scientifiques ainsi que des notions assez complexes - il est question d'ondes cérébrales, de neurotransmetteurs, de baroréflexe - mais l'essentiel à retenir est que Dodow aide à ralentir la respiration, le rythme cardiaque et donc à plonger l'organisme dans un état de détente propice au sommeil.

dodow
A gauche, le dispositif Dodow pour s'endormir plus rapidement
Première tentative avec Dodow

La première fois que j'ai allumé Dodow, je l'ai challengé comme jaja : au lieu de l'essayer le soir au moment du coucher, je l'ai mis au défi de m'aider à faire une sieste dans l'après-midi, chose que je n'ai pas réussi à faire depuis la grande section de maternelle (au moins), ou la dernière fois que j'ai chopé la grippe. J'ai effleuré le dispositif du doigt et le halo bleu a commencé son rituel. Comme conseillé dans la notice, j'ai placé mes mains sur mon ventres pour mieux ressentir le rythme de mes respirations, et j'ai tenté de les synchroniser sur la lumière. Je dois avoir que ce n'est pas toujours chose aisée lorsqu'on se couche un peu speed, car Dodow nous oblige à prendre de profondes inspirations, et à expirer tout aussi lentement - autant te dire, t'as intérêt à avoir de bons poumons !

Au bout de quelques minutes à fixer le halo grandir et diminuer sur mon plafond, j'ai senti mes paupières papillonner et j'ai fini par les fermer avant la fin du cycle, incapable de fixer mon attention plus longtemps sur la lumière. Cette après-midi là, j'ai dormi (au lieu de faire la sieste), mais j'étais fatiguée d'une nuit très courte, il fallait donc que je réessaye Dodow dans des conditions normales pour voir ce qu'il avait dans le ventre.

dodow
La lumière émise par Dodow, l'appareil qui permet de s'endormir plus rapidement
Et les fois suivantes ?

J'ai rallumé le petit appareil un soir, alors que je me forçais à me mettre au lit pour ne pas finir totalement crevée le lendemain. Je n'ai pas toujours été raccord avec les halos de Dodow, j'avais parfois l'impression d'être en apnée lors de certaines expirations, mais je me synchronisais au maximum avec l'appareil. Rebelote : moins de 8 minutes après l'avoir allumé, je n'arrivais plus à garder les yeux ouverts et je laissais le dispositif terminer son cycle sans le regarder. Toutes les fois où j'ai utilisé Dodow, je me suis sentie hypnotisée par la lumière, fatiguée de la regarder. Je ne sais pas combien de temps j'ai mis à m'endormir à chaque fois, mais j'étais toujours dans de bonnes conditions avant la fin du cycle de l'appareil. Le fait de concentrer mon attention sur la lumière et ma propre respiration m'a bizarrement vidé la tête de toutes les pensées parasites que j'aurais pu avoir, et je n'ai rien ruminé après l'extinction des feux.

Sans aucun doute, Dodow a fonctionné sur moi, mais je pense être bonne cliente : je ne suis pas non plus insomniaque, et je ne me réveille jamais en pleine nuit, incapable de me rendormir. Je ne saurais donc dire si les insomnies de grossesse, les réveils nocturnes ou les environnements bruyants sont susceptibles de succomber rapidement à Dodow mais je soupçonne qu'il fasse aussi son petit effet ;) Si vous voulez l'essayer et vous faire votre propre avis, Dodow ne coûte que 49€ et on peut le trouver aussi bien sur le site officiel de la marque que chez Nature & Découvertes. A vous de pioncer !

Source : Shoko - Crédit : Dodow