J'ai testé l'épilateur électrique dernière génération de Braun, voilà ce que j'en ai pensé

par
L'épilateur Silk-épil 9 de Braun

Utilisatrice de longue date d'épilateur électrique, j'ai donné une chance au tout dernier Silk-épil 9 de Braun ; une expérience qui m'a réservé de belles surprises et que je vous raconte

Je devais avoir 15 ans quand j'ai vu ma mère utiliser un épilateur électrique pour la première fois - et hérité de son engin de torture. "Ça fait trop mal, j'ai les poils qui repoussent à l'envers", elle m'a dit en me refourguant volontiers le fameux appareil. Si j'avais imaginé mon héritage autrement, je n'ai pas refusé son legs et j'ai justement essayé d'épiler les miennes, de jambes. Moi qui maniais la rasoir 1 lame depuis quelques années, j'étais sur le point d'upgrader d'un coup ma routine. Je me souviens avoir sursauté à l'allumage, surprise par le bruit du moteur, flippée par la rotation des pincettes qui allaient arracher mes poils un à un. Puis, comme on enlève un pansement d'un geste sec en fermant les yeux, j'ai posé la tête rotative sur mon tibia en prenant une profonde inspiration.

Si je redoutais la douleur à chaque séance d'épilation, force est d'avouer que j'étais bien contente de voir la pousse se retarder au fil du temps ; la densité diminuer au fil des années. Puis un jour, j'ai arrêté : impossible de m'épiler sans que la moitié de mes poils ne repousse à l'intérieur - et que j'aille creuser ma peau à la pince à épiler pour les extirper. Je ne suis pas archéologue, merci ! Lorsque je partais en vacances, je ressortais quand même mon antiquité histoire d'être tranquille quelques semaines, puis je renouais avec mon bon vieux rasoir - devenu 4 lames - une fois l'été terminé. D'ailleurs, il ne m'avait jamais quitté pour l'épilation des aisselles ou même du maillot ; impossible d'envisager de traumatiser ces zones sensibles avec mon vieux coucou, qui nécessitait à peu près 10 passages pour un résultat net.

Découverte du Silk-épil 9 de Braun

Puis, le destin a mis sur mon chemin le dernier bébé signé Braun, le fameux Silk-épil 9, condensant en un seul appareil toutes les innovations de la marque en matière d'épilation. Tête pivotante, rouleaux de massage, éclairage par LED, étanchéité sous la douche et dans le bain, technologie pour attraper les poils les plus fins, tête plus large et batterie plus performante... voilà dans les grandes lignes les caractéristiques et promesses de ce bijou de technologie, vendu avec tout un tas d'accessoires. OMG, voilà que je parle comme un Jacky de l'épilation. Autant vous dire qu'avec 10 ans d'expérience dans les pattes, non seulement je n'avais plus la même appréhension à l'idée de me lancer - j'étais excitée comme une puce ! - mais j'avais aussi un certain nombre d'attentes en passant d'un vieux fossile à un appareil dernière génération.

Silk-épil 9, première utilisation

Pas franchement éblouie par le progrès en matière de bruit, même si celui-ci s'avère plus discret et moins perçant pour les oreilles, je note également qu'il pèse plus lourd dans ma main - la faute à un moteur plus puissant et des fonctions nouvelles, j'imagine. Mais passées ces premières impressions mitigées, l'épilateur électrique Silk-épil 9 de Braun me fout une claque et me démontre toute sa splendeur. Moi qui passais facilement dix minutes à épiler une demi-jambe, je bats tous les records en terminant la zone en 4 à 5 minutes, selon que je fasse le job dans les grandes lignes ou que je m'applique à fignoler tout ça. Les responsables ? La technologie Smartlight qui ne m'oblige plus à chercher à tout prix la lumière du jour pour y voir quelque chose, mais surtout cette tête qui fauche les poils dans toute la largeur et permet donc de les enlever en 2 passages - 3 grand max. Une petite révolution dans ma routine bien installée.

Euphorisée par ce franc succès, j'ai ensuite décidé d'essayer l'épilateur électrique sous la douche - pourvu que je ne connaisse pas le même destin que Claude François. Une méthode pas forcément pratique lorsqu'on ne peut pas s'asseoir, alors à moins d'être à l'aise avec le contorsionnisme, autant attendre de s'être séchée pour le faire tranquillement sur son canap', ou profiter d'un instant détente dans son bain et faire d'une pierre deux coups. En plus, le contact de l'eau chaude sur la peau aide à mieux supporter la douleur de l'épilation, ça serait dommage de s'en priver ! Autant de bonnes raisons de se mettre au Silk-épil 9, aussi bien pour une habituée dotée d'un ancien modèle que pour une nouvelle utilisatrice d'épilateur électrique, à la recherche d'une méthode rapide et efficace mais qui souhaite fuir les irritations de l'épilation à la cire. Le mien ne me quittera plus ! Et qui sait, je serai peut-être bientôt assez téméraire pour lui offrir mes aisselles :p

L'épilateur Silk-épil 9 de Braun en brefLes plus :
  • La lumière, qui permet de s'épiler à n'importe quel moment de la journée
  • Son étanchéité, qui permet aussi bien de le rincer que de l'utiliser dans l'eau
  • Son efficacité, qui permet de diviser par 2 le temps d'épilation
  • Son ergonomie, à la fois dans la prise en main que dans son adaptation aux courbes
  • Son autonomie, qui permet plusieurs séances d'épilation avant recharge
  • Les poils repoussent moins vite et moins denses
  • Une méthode à peine plus longue que le rasage, et que l'on peut à présent utiliser en dernière minute
Les moins :
  • La douleur - inévitable lorsqu'on arrache un poil - mais qui s'éternise moins qu'avec un vieil épilateur et qui diminue dans l'eau
  • Il ne résout pas le problème des poils incarnés, comme toute méthode d'épilation
  • Le prix, qui peut rebuter au début mais qui s'avère plus rentable que des séances régulières chez l'esthéticienne, particulièrement lorsque l'on épile plusieurs zones
Source : meltyFashion - Crédit : Instagram @braun_beauty