The Beguiled de Sofia Coppola, le film dark et féminin qu'on attendait

par

A une semaine du Festival de Cannes, il est temps de nous intéresser de plus près à The Beguiled, aka Les Proies, le dernier chef d'oeuvre de Sofia Coppola qui risque bien de tout rafler

Cinq ans que Sofia Coppola n'avait pas réalisé de long-métrage alors naturellement le come-back de la cinéaste est attendu comme le messie. De retour avec The Beguiled (Les Proies, pour la version française), Coppola a peu de chances de nous décevoir. Adaptation du roman de Thomas Cullican, A Painted Devil, paru en 1966 - et remake de l'oeuvre de Don Siegel de 1971, le film s'annonce comme LE carton du Festival de Cannes, attendu en compétition officielle. Voilà pourquoi !

The Beguiled de Sofia Coppola, le film dark et féminin qu'on attendait - photo
# 1 Un casting 5 étoiles

Sofia Coppola sait s'entourer et le succès de ses films repose majoritairement sur son flair. Fidèle et constante, elle n'hésite pas à convoquer plusieurs fois ses acteurs fétiches. Pour son dernier long-métrage, la belle a fait appel à Nicole Kidman, Elle Fanning, Kirsten Dunst, Angourie Rice et Colin Farrell, rien que ça. Avec un tel casting, The Beguiled part au Festival avec de sacrés atouts.

# 2 Sofia Coppola peint comme personne l'ambivalence féminine

Suspendue comme sur un fil, l'atmosphère ombrageuse et latente des films de Coppola n'a jamais aussi bien sublimer l'ambivalence, l’ambiguïté et la complexité féminine. On se délecte donc déjà de découvrir le bouillon que nous mijotent ces femmes aux personnalités bien différentes.

# 3 Le style Coppola, une signature inimitable

La cinéaste a l'art de réussir à filmer la douleur et l'apathie, incarnées par un même personnage, tout en y injectant sa patte onirique, moite et poétique. Un cocktail détonnant !

# 4 La force du huis clos

En pleine guerre de Sécession, The Beguiled met en scène un groupe de femmes que l'arrivée d'un jeune soldat blessé va venir fragiliser. Si le huis clos est un pari risqué, traité avec brio, il exulte les sentiments, les trames et les personnages. On se réjouit donc de retrouver Sofia Coppola dans cet exercice.

# 5 Parce que c'est une contraction de l'ensemble de l'oeuvre de Coppola

Dans The Beguiled, on retrouve tout ce qui fait le succès de Sofia Coppola. La position latente des personnages de Somewhere, la tension sexuelle, la frustration et l'austérité ambiante de Virgin Suicides et les costumes d'époque comme dans Marie-Antoinette. Si comme nous, vous êtes une inconditionnelle des films de la cinéaste, The Beguiled devrait satisfaire vos attentes.

Des femmes devant et derrière la caméra, sans que cette spécificité en soit le sujet propre, voilà le parti pris de Sofia Coppola. Et quelque chose nous dit que The Beguiled, le film dark et féminin que l'on attendait depuis des années, va tout massacrer à Cannes...

Source : www.konbini.com - Crédit : Universal Pictures UK Youtube