The Peacock society, le compte-rendu de la rédac'

par
L'ambiance électrique de The Peacock Society

La rédac' a eu la joie d'assister ce weekend au festival The Peacock Society et vous livre son compte-rendu de cette expérience #bouillante

Nous vous présentions il y a peu The Peacock Society, le festival parisien de juillet 2014. L’événement s'est donc déroulé sur trois jours ce weekend et la rédac' a eu la joie de se rendre dans ce temple dédié à la fête et à la musique électro. Nous avons d'abord été impressionnées par le lieu, en plein cœur du parc floral du château de Vincennes, nous découvrons de grands halls dédiés à la fête et un grand espace extérieur pour prendre l'air, chose très appréciable dans ce genre de festival. Tout commence donc en début de soirée, l'ouverture des portes est à 20h, la programmation pointue débute fort avec par exemple Acid Arab pour la nuit de samedi. L'occasion pour les danseurs de se mettre en jambes même si la majorité des fêtards préfère encore se prélasser sur les transats à l'extérieur.

En effet, la météo était plutôt clémente ce weekend, nous avons donc eu la joie de profiter des derniers rayons de soleil tout en vibrant sur les beats de la musique. Les amateurs de musique se restaurent en goûtant aux spécialités de l'un des nombreux food trucks présents sur place ou immortalisent leur passage dans la désormais célèbre cabine photo de l'artiste JR, dont les photographies décorent les murs de l'enceinte extérieure. Une ambiance en somme branchée mais sans prise de tête, chacun est venu pour passer du bon temps entre amis et non pour se montrer à l'inverse de certaines soirées parisiennes. The Peacock Society réunis les amoureux de l'électro qui viennent uniquement pour se laisser porter par les basses que balancent les DJs, sets après sets.

The Peacock society, le compte-rendu de la rédac' - photo
The Peacock society, le compte-rendu de la rédac' - photo
The Peacock society, le compte-rendu de la rédac' - photo
The Peacock society, le compte-rendu de la rédac' - photo
The Peacock society, le compte-rendu de la rédac' - photo

Puis la fête démarre, l'ambiance est électrique, les corps dansent et se mélangent. Les heures passent vite dans cet immense hall qui réunit les deux scènes principales. Que l'on ait respecté le dress-code conseillé pour The Peacock Society ou que l'on ait opté pour la couronne de fleurs nouvel uniforme réglementaire des festivals , l'important est de ne pas être trop couvert pour supporter la chaleur jusqu'au petit matin. On note que les grands Paul Kalkbrenner et Brodinsky enflamment la foule de fêtards comme un dernier souffle avant le lever du soleil. Vient ensuite l'heure de regagner son "carosse" comme une Cendrillon version 2014, les souliers usés d'avoir trop dansé. Ce que nous retiendrons de The Peacock Society : une ambiance de folie, une organisation plutôt réussie (une mention spéciale pour les toilettes écologiques à la sciure de bois) et une musique qui nous porte jusqu'au bout de la nuit. Vivement la prochaine édition !

Crédit : meltyfashion