Tu ne le savais pas mais ton maillot de bain est un véritable désastre pour les océans

par

Le maillot de bain, pas vraiment éco-l'eau ! 

Summer is coming ! Et si l'on pense avec enthousiasme aux après-midi bronzette sur la plage, aux apéros au soleil et aux brasses dans l'océan, une nouvelle pas très sympa risque de gâcher ce beau tableau. On savait déjà les ravages de la crème solaire dans l'océan, on connaissait les risques à aller nager dans certaines mers - tellement sont celles-ci sont polluées - mais on ignorait le danger que représente le maillot de bain pour les océans. Oui, cet indispensable de l'été que l'on va acheter en cinq, dix, quinze coloris les beaux jours arrivant. Le problème ? Fabriqué à partir de tissus synthétiques comme le nylon, le polyester ou le spandex, il participe activement à la dégradation océanique. Et hélas, il existe peu de solutions pour le rendre écolo...

via GIPHY

En effet, ces matières qui sont mobilisées pour rendre le tissu du maillot de bain étanche contiennent toutes une grande quantité de plastique - que l'on sait terrible pour les océans - et il n'existe d'ailleurs, pour le moment, aucune matière écolo adaptée à la fabrication du maillot de bain. Passées à la machine à laver, ces matières synthétiques libèrent dans l'eau des microplastiques, des petites particules de plastique qui se retrouvent après dans l'océan. En plus de la pollution océanique, ces particules néfastes sont également ingérées par les poissons et autres espèces marines, celles-là même que nous mangeons. Voyez le topo ?

via GIPHY

Malheureusement, peu de solutions green s'offrent à nous. Alors qu'une bonne partie des acteurs de l'industrie du textile ne se penchent pas sur le problème - étant donné que la fabrication actuelle du maillot de bain reste peu coûteuse -, certaines solutions évoquées restent très compliquées à mettre en place. Qu'il s'agisse d'équiper les machines à laver de filtres pouvant retenir les microplastiques afin de les recycler ou de fabriquer des matières biodégradables, le processus reste très onéreux et la recherche laborieuse. Alors en attendant que la science nous apporte d'autres alternatives, on n'irait pas plutôt se baigner à poil et tenter les bienfaits du naturisme ?

Source : Shoko/slate.fr - Crédit : Unsplash @Emily Goodhart