Valentino Haute Couture printemps-été 2014 à la Fashion Week de Paris

par

On ne change pas une équipe qui gagne. Avec ce défilé Valentino Haute Couture printemps-été 2014, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli nous embarquent dans un voyage théâtral autour du monde

Pour la collection Valentino Haute Couture printemps-été 2014, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli se sont inspirés de l’opéra italien. Quitte à puiser son inspiration quelque part, autant le faire chez les plus grands. Le duo de créateurs trouve son énergie chez Puccini avec « Madame Butterfly » et Verdi avec « La Traviata » et « Aïda ». Côté théâtre, c’est la Lady Macbeth de Shakespeare qui hante le catwalk. Les designers nous emmènent autour du monde donc, du Japon en Ecosse, en passant par Paris et l’Egypte. Une diversité qui se traduit superbement à travers les créations Valentino Haute Couture de la collection printemps-été 2014. On est bien loin de la femme mi Grace Jones, mi Lady Gaga du défilé Atelier Versace printemps-été 2014. Une légèreté apparente s’installe sur le podium. Une sensation construite à grands renforts de tutus, de plumes et de mousseline. Le show s’ouvre d’ailleurs sur une longue robe blanche quasi transparente, parsemée de notes de musique. A savoir, la partition inscrite sur cette robe est extraite de « La Traviata ». Le duo de créateur ne lésine vraiment pas sur les détails. Des créations dramatiques, toutes noires, arpentent également le catwalk.

Valentino Haute Couture printemps-été 2014 à la Fashion Week de Paris - photo
Valentino Haute Couture printemps-été 2014 à la Fashion Week de Paris - photo
Valentino Haute Couture printemps-été 2014 à la Fashion Week de Paris - photo
Valentino Haute Couture printemps-été 2014 à la Fashion Week de Paris - photo
Valentino Haute Couture printemps-été 2014 à la Fashion Week de Paris - photo

Contrairement à ce que l’on a pu voir sur le défilé Giambattista Valli Haute Couture printemps-été 2014, le show Valentino dit non aux couleurs vives. Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli expriment leur talent à travers une palette de noir, de blanc, et de gris. Ils ponctuent tout de même leur podium de quelques tons bordeaux, kaki et jaune pastel. Franges et ornements intelligents accompagnent la dentelle, une matière inévitable de la maison italienne. Dans le registre du théâtre, la cape a le beau rôle sur les planches du défilé Valentino Haute Couture. Elle se cramponne à de nombreuses robes, toutes aussi longues les unes que les autres. Face au drame de certaines tenues, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli poussent la neutralité au maximum avec de longues robes monochromes sans fioritures. Toutes simples, elles arborent un décolleté carré ou un dos-nu.

Cette neutralité est vite effacée par la grande touche d’exotisme présente sur le défilé Valentino Haute Couture printemps-été 2014. Dans un premier temps, les deux designers invoquent l’Orient, à l’aide de motifs en sequins et de d’une veste façon kimono, ornée de papillons. C’est ensuite en pleine savane africaine que le duo nous envoie, entouré de lions, girafes, éléphants et serpents. On se croirait presque dans « Le Carnaval des Animaux » de Camille Saint-Saëns. Si certaines de ces grosses bêtes sont carrément imprimés sur les vêtements, d’autres sont suggérées avec des imprimés. Le rideau se ferme sur une longue robe noire représentant une scène animale. Une belle manière de clôturer le défilé Valentino Haute Couture printemps-été 2014.

Source : Style.com / NowFahshion