Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1

par

Direction Londres où la Fashion Week bat son plein. De l'hiver rebelle de Versace au minimalisme cinglant de Ports 1961, retour sur les temps forts de cette première journée à Londres

Londres est la parenthèse brut et pop du mois de la mode. Avec seulement quatre jours de défilés, la Fashion Week de Londres se caractérise par son efficacité et surtout son étrange tourbillon où les traditionnels rencontrent les novateurs et autres excentriques. Un univers très différent de la Fashion Week de New York. Une vision que l'on retrouve dès le premier jour de la semaine londonienne alors que Versus Versace, J.W Anderson ou encore House of Holland nous emmènent dans leurs univers bien distincts.

Versus Versace
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo

Versus Versace présente les indispensables d'un hiver frondeur et rebelle cette saison. En noir si possible. Les beautés effrontées battent le pas sur le podium avec confiance. Les volumes sont exagérés, les épaules arrondies pour donner davantage de charisme. On retrouve là des classiques et l'esprit sport de la seconde ligne de Donatella Versace est conservé. Cette saison, le côté pratique du vêtement est au coeur de la ligne. Mention spéciale pour l'ensemble en jean qui fait son retour tout comme la percée du bordeaux.

Ports 1961
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo

Graphisme minimal chez Ports 1961. Le vestiaire de la vie urbaine active est revisité selon les codes maison. La vision du vêtement intelligent, pratique est combinée à la vision du vêtement comme objet créatif, original. L'asymétrie est l'élément central de cette collection dont les lignes bien que droites servent à construire un corps aux nouvelles proportions. Variation intéressante autour de la veste qui fait naître l'obsession chez nous. Les couleurs, neutres, se voient parfois secouées par l'apparition d'un rouge pétant, formant un color bloc textile au passage.

House of Holland
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo

C'est l'improbable que l'on vient chercher chez House of Holland. Le bizarre même. Et jusque-là, Henry Holland ne s'est jamais trahi. L'hiver est vécu sous le prisme du funk et de la légèreté sans nous déplaire. A vrai dire, il y a toujours quelque chose de chantant dans l'esthétique du créateur anglais qui ne se prend pas trop au sérieux. Il n'y a pas de sens caché à chercher ou à trouver dans la surenchère de couleurs et de motifs. Rien à interpréter. L'existence même du vêtement se suffit. Il s'agit là du vestiaire d'une jeunesse (pas forcément de corps) jouissant d'une liberté pleine. On ne s'étonnera donc pas de voir des fourrures à poils longs, multicolores, ni même des bottes à motifs damier ou pyhton et encore moins des coupes ultra flare. Henry Holland ne se limite pas et si ça casse tant pis.

J.W Anderson
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo
Versus Versace, J.W Anderson, Ports 1961... Les temps forts de la Fashion Week de Londres Jour 1 - photo

Il y a bien longtemps que J.W Anderson s'est éloigné de son esthétique stérile tout comme de son approche très clinique du vêtement pour se rapprocher du corps de la femme en tant qu'élément vivant. Cette saison, le designer britannique va dans ce sens avec une collection empreinte à la douceur. Douceur par les matières, par les plumes légères, par les coupes fines. La silhouette oscille entre l'ingénue et la fille de la rue dans un curieux mélange des genres. Le seul bémol est qu'il s'agit d'une collection a-saisonnière, sans saison. Seuls quelques vestes et manteaux de fourrure nous convaincront qu'il s'agit bien de l'hiver que nous contemplons.

Après une semaine à New York, La semaine de la mode londonienne débute dans l'éclectisme. Si chez Versus Versace l'heure est à l'utile, il en est tout autre chez House of Holland qui ne renonce pas à son esthétique hallucinante. Coup de coeur pour l'approche intelligente du vêtement de ville chez Ports 1961 ainsi que pour J.W. Anderson qui semble enfin avoir fait la paix entre son besoin d'expérimenter et le besoin de créer des vêtements portables. La Fashion Week de Londres nous réserve bien des surprises !

Crédit : House of Holland, Versus