Voilà 5 bonnes raisons de dire adieux à son crush des vacances à la fin de l'été plutôt que d'essayer de continuer

par

La saison estivale est propice à l’amour.

Quand il fait chaud, on s’habille d’un rien (en toute logique il est donc plus facile de se déshabiller), on bénéficie d’un teint halé, on est beau, on danse jusqu’au petit matin, on a l’esprit léger et le décolleté plongeant, on rencontre de nombreuse personnes et il arrive qu’après deux ou trois verres de rosés un ou une étranger(ère) devienne très rapidement un/une intime. Quoi de plus délicieux qu’un flirt d’été ? C’est passionné, intense et sans contrainte. Mais comme son nom l’indique, même si cela fait mal au cœur, il vaut parfois mieux que cette belle histoire se termine avec les beaux jours afin que cette jolie passion ne se termine pas en eau de boudin. On t’explique pourquoi.

Pas bronzé c’est plus compliqué

Qu’une chose soit bien claire, si une personne n’est pas belle en été, elle ne le sera jamais. La peau bronzée, le corps galbé, c’est certain, c’est à cette période que l’on est à notre max niveau beauté. Celui qui t’a attiré avec son teint doré, ses cheveux ondulés par les embruns marins et son torse musclé, ne sera plus le même en plein mois de janvier, tout blanc, avec son petit ventre bedonnant. Qu’on se le dise, moulé dans col roulé, niveau attirance ce ne sera plus la transe.

Hors contexte c’est moins chouette

Cet été tu as flashé sur Peter (qui s’appelle en réalité Pierre, mais qui se fait surnommer ainsi depuis ses 4 jours à Venice Beach). Dès que tu l’as vu retirer sa combinaison, tu as ressenti moult sensations. Durant ces 15 jours dans le Sud- Ouest tu as vécu ton rêve américain avec ce beau surfeur châtain. Mais les vagues, le sable chaud, les tongs et les couchers de soleil, ce n’est malheureusement pas le quotidien. Pierro dans le métro te donnera tout de suite moins chaud que Peter au bord de la mer. Certaines choses (comme les profs de surfs) ne doivent pas être transposées dans la vraie vie pour conserver de leur magie.

La distance ça nous hante

Avec Alex, tu l’as tout de suite senti, ce n’est pas qu’une histoire de sexe. Il y a eu match physique et psychique. Pendant ces longues nuits d’été il y a eu ébats mais aussi débats. Le problème c’est que vous habitez aux opposés. Si vous décidez de continuer la relation, au fur et à mesure il risque de ne plus y avoir aucun ébat à cause de l’éloignement et beaucoup de débats de plus en plus hargneux à base de « tu ne fais aucun effort pour venir me voir », « de toutes façons on ne partage rien ». Avant de  te décider à t’engager dans une quelconque relation où le nombre de kilomètres qui vous séparent est supérieur au nombre de jours depuis lesquels vous vous connaissez, rappelle toi le dicton « loin des yeux loin du cœur ».

Le train train ça craint

Le plus souvent on essaye de faire rimer congé avec absence de contrariété. Se coucher au lever du soleil après une soirée à danser collé serré, se lever au coucher du soleil après une petite sieste crapuleuse, s’étreindre sur la plage… Tout cela pousse à l’amour et facilite les rapports (toutes formes de rapports). Lorsque le réveil sonne à 7 heures, que la questions prédominante n’est plus « encore un petit mojito ? » mais « c’est pas un peu à toi de remplir le frigo ?» ou que l’on passe de « mon mec en wakeboard c'est le roi des backflips » à « j’en peux plus de devoir étendre ses slips », l’amour en prend un coup. Le quotidien, c’est comme une épreuve de Koh Lanta, ce ne sont que les plus résistants qui en sortiront gagnants. Pour les autres, ce sera le moment de quitter l’aventure à la fin de l’été, avant que tout ne devienne plus compliqué.

Conserver des moments d’éternité c’est le pied

« Les histoires d’amour finissent mal en général », ce n’est pas moi qui le dit mais la chanson. Pour toutes les raisons déjà évoquées il y a des chances pour que l’amour d’été se transforme en haine d’hiver. C’est pourquoi il faut savoir dire stop au bon moment. Cette jolie idylle du bord de mer, bien qu’éphémère t'ensoleillera le cœur quand tu y repenseras. Ces petits moments d’éternité qui sentent bon l’été ne seront pas écornés par une morne réalité. Pas de tromperie, ni de larmes, tu ne garderas que du positif de cette histoire particulière qui se sera bien terminée.

Si tu es persuadée qu'avec ton summer crush, c'est du sérieux et que ce n'est pas une simple perte de degrés qui va tout faire capoter, n'hésite pas à persévérer. Parfois ça vaut le coup d'y croire et ce n'est pas Meghan Markle qui nous dira le contraire. 

Source : shoko.fr - Crédit : unsplash,Roberto Nickson (@g)