Voilà combien d'heures il faudrait taffer par semaine pour lutter contre le réchauffement climatique

par

Et on ne serait pas contres ! 

L'urgence climatique est aujourd'hui telle qu'il est nécessaire de revoir nos modes de vie, qu'il s'agisse de notre alimentation, de notre consommation, de nos activités numériques... et même de notre temps de travail. C'est du moins ce que révèle l'étude menée par le think-tank britannique Autonomy, qui s'est penchée sur l'activité économique des pays signataires de la COP21, ceux qui se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement climatique à 2°C. En collectant les données transmises par l'ONU et l'OCDE, les chercheurs ont ainsi mis en évidence l'impact écologique de notre temps passé au travail. Déplacements en voiture, envois de mails, production de biens de consommation sont autant de gestes que l'on répète chaque jour, tout au long de la journée, et qui participent au réchauffement climatique.

travail,bureau
Il faudrait réduire drastiquement notre temps de travail pour limiter le réchauffement climatique

Pour les auteurs de l'étude, la solution est simple : il faut limiter le nombre d'heures au travail pour sauver la planète. En s'appuyant sur l'activité économique de leurs pays et donc ses émissions de gaz à effet de serre, ils ont conclu que les Britanniques devraient en moyenne travailler 9 heures par semaine, les Suédois 12 et les Allemands 6. En France, le temps de travail devrait baisser à 5h et demi par semaine pour maintenir le pays sous le seul de 2°C du réchauffement climatique. Si ces résultats ont de quoi étonner, Philippe Fey, l'auteur principal de l'étude, rappelle que la crise économique induit des changements drastiques, qu'il faudrait prendre en compte dès maintenant. « Il est important de comprendre que la transition vers une semaine de travail réduite est actuellement possible, et qu'il ne s'agit pas d'une utopie abstraite. (...) S'épuiser au travail n'a aucun sens commercial » conclut-il. En tout cas, nous, on ne serait pas contres...

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Dane Deaner, Unsplash @Brooke Cagle