Voilà pourquoi j'ai plaqué ma plaquette (de pilule) contre un stérilet

par

Je n'ai jamais aussi peu regretté de plaquer quelqu'un. 

Tous les soirs, lorsque mon « rappel pilule » sonnait et que j’ingurgitais ma petit cachet, j’avais l’horrible impression de suivre le même régime qu’un poulet aux hormones. C’est la raison pour laquelle, après presque 10 années, j’ai décidé de changer de moyen de contraception. Comme la capote ça peut être ta pote pour dépanner de temps en temps, mais qu'à la longue le latex c'est complexe, j'ai opté pour la pose d'un stérilet. Et non, rien de rien, je ne regrette rien.

Mieux dans mes baskets

J’ai eu la chance de ne prendre que des pilules micro-dosées. Même si leur effet est minime sur le corps, j’avais tout le temps l’impression d’être légèrement gonflée. Lorsque j’ai arrêté, la pilule j’ai dégonflé aussi rapidement que mon budget qui lui était réservé. Depuis, je me sens mieux dans mon corps et dans ma tête. Attention, il existe des stérilets en cuivre, mais aussi hormonal. Pour un retour au naturel on opte donc pour celui qui fait barrière contre les spermatozoïdes .

Plus pratique au quotidien

On a toutes connu le stress d’avoir oublié sa pilule un soir, de s’emmêler les pinceaux dans sa plaquette. Avec le stérilet, plus d’histoire. Une fois qu’il est posé, il reste 5 ans en place et on n’a plus à y penser. Je suis partie voyager une année et vraiment je ne sais pas comment j’aurais pu gérer niveau contraception si j’avais du me trimballer mes dizaines de plaquettes de pilules. Attention, il ne faut pas rester autant de temps sans aller consulter un ou une gynéco. Un petit check tous les ans est indispensable. 

Une utilisation presque sans risque

On entend beaucoup de rumeurs sur le stérilet. Effectivement, ceux qu’on posait du temps de nos mamans étaient souvent réservés aux femmes ne voulant plus avoir d’enfant. De nos jours, ce sont des petits modèles en cuivre, adaptés pour les jeunes filles, qui sont proposés. Cette année encore, j’ai eu l’exemple de 3 proches qui sont tombées enceinte juste après avoir retiré leur stérilet. Pour ce qui est des risques d’infection et de grossesse extra-utérine, ils sont à prendre en compte. C’est la raison pour laquelle au moindre problème il faut aller consulter un spécialiste. Personnellement, il ne m'est jamais rien arrivée. Je fais attention et par exemple,  lorsque j’ai décidé d’utiliser la coupe menstruelle comme protection hygiénique, j’ai fait vérifier que les fils de mon stérilet n’était pas trop longs afin d’éviter tout danger.

Des désagréments largement supportables 

Alors oui la pose n’est pas très agréable. Elle procure une douleur que je n’avais jamais expérimentée, mais honnêtement cela dure 5 secondes maximum. J’avoue que j’appréhende un peu le moment où l’on va me l’enlever, mais je pense que par rapport à un accouchement c’est vraiment rien du tout. Autre inconvénient : on retrouve ses bonnes vieilles règles. Ce ne sont pas celles de la pilule. Là, ça coule à flots, ça fait mal et on passe par différents pics émotionnels. Mais au final, cela ne me dérange pas. J’ai l’impression de renouer avec mon corps et ma féminité. Par contre je ne vais pas me risquer à tenter de réguler mon débit avec le flux instinctif, sinon je risque de me ruiner en pressing .

Même si le stérilet ne convient pas à toutes les filles, je pense personnellement avoir vraiment trouvé ce qu'il me fallait et je ne reviendrai jamais à la pilule. 

Source : shoko.fr - Crédit : unsplash Simone van der Koelen

1 commentaire
  • Alors oui je confirme à 100% les propos qui sont tenus dans cet article. Je me suis fais poser il y a 5 ans un stérilet en cuivre. Alors il est vrai que la pose est un peu douloureuse mais en ce qui concerne le moment de l’enlever je n’ai absolument pas eu mal. Je conseille vivement le stérilet à toutes celles qui veulent une contraception simple par contre je dois juste vous mettre en garde il faut quand même surveillé ses cycles menstruels car comme toute contraception elle n’est pas sure à 100%.