#YesAllWomen, le mouvement réactionnaire inter-générationnel des femmes

par

Suite à la tuerie misogyne à l'université de UCSB à Santa Barbara, les internautes se mobilisent sur Twitter via le hashtag #YesAllWomen pour dénoncer les agressions dont les femmes sont victimes au quotidien et une société aux mœurs encore trop rigides

Le 23 mai dernier sur le tranquille campus universitaire de UCSB à Santa Barbara aux Etats-Unis, Elliot Rodger, un homme de 22 ans commet un massacre d'une rare violence. Motivé par des rancœurs envers les jeunes femmes qui l'ont rejeté pendant son adolescence, il décide de se venger et de les faire payer. Ce jour-là, 6 personnes trouvent la mort à Isla Vista, dont deux étudiantes qui se trouvaient devant une sororité étudiante. Cet acte de barbarie a rapidement fait le tour de la toile, gagnant le célèbre réseau social Twitter sur lequel de nombreuses personnes se sont mobilisées. Le hashtag #YesAllWomen, apparu dans les Tendances Mondes quelques heures après le drame, a été propagé par des milliers de femmes qui ont exprimé en 140 caractères leur désolation, leurs craintes et leur expérience de la misogynie. Début mai c'était le hashtag #Bringbackourgirls qui mobilisait les Twittos, dont Cara Delevingne et Alexa Chung, en faveur des jeunes filles enlevées au Nigéria.

#YesAllWomen, le mouvement réactionnaire inter-générationnel des femmes - photo

Le hashtag #YesAllWomen, créé en écho au célèbre mouvement "Not All Men" ("tous les hommes ne sont pas comme ça") est encore très actif sur Twitter. Le mouvement réactionnaire inter-générationnel des femmes en réponse à la tuerie de l'UCSB s'accompagne également de messages de soutien de la part d'hommes. Les femmes dénoncent une certaine vision misogyne qui place les femmes au rang de simples objets sexuels qui n'ont pas le droit de rejeter les avances d'un homme ou d'exister en tant que personne à part entière. "Les filles grandissent en apprenant qu'il est plus sûr de donner un faux numéro de téléphone plutôt que de repousser les avances d'un mec #YesAllWomen" écrivait une internaute le 25 mai.

Au 21ème siècle, nous pourrions penser que les mentalités ont évolué et que la misogynie est révolue, mais le sexisme fait toujours rage, comme avec la campagne vidéo polémique de Veet "Don't Risk Dudeness". Il est désolant qu'un tel événement tragique se produise pour sensibiliser la société via des messages de mobilisation sur Twitter aux dangers qui pèsent sur le femmes à cause de mentalités rigides et peu évoluées.

Source : dailymail.co.uk / twitter.com